Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Solidaires des Ardennes


Union départementale des syndicats Solidaires des Ardennes


Bienvenue sur le premier site syndical interprofessionnel ardennais.
Crée le 12 décembre 2005



Manifestation du 11 septembre 1911 contre la vie chère. Le citoyen Boutet exhortant le groupe de Braux au calme.
Agrandir l'image

Contacts syndicaux
Pour contacter l'Union départementale Solidaires vous pouvez :
- Venir aux permanences juridiques en droit du travail, tous les lundis après-midi, Bourse du travail 21 rue Jean-Baptiste Clément à Charleville-Mézières : plus de renseignement en cliquant ici
-nous téléphoner : 06.95.56.68.21
- nous envoyer un courriel à l'adresse suivante  : solidaires08@orange.fr

Vous pouvez lire notre page facebook

Nous suivre sur Twitter


Le conseil de l'UD Solidaires se réunit le premier jeudi de chaque mois au local de la Bourse du travail à partir de 14 h, 21 rue J.B.Clément à Charleville-Mézières.

Actualité des syndicats


Solidaires industrie

Plusieurs sections syndicales ont été crées dans l'industrie des Ardennes, pour contacter le syndicat de l'industrie : 06.95.56.68.21



Un syndicat Sud Santé Sociaux s'est constitué dans les Ardennes, pour le contacter : 06.95.56.68.21

Syndicats adhérents à l'Union départementale
SNUI-SUD Trésor
SUD FPA
SUD Activités postales 08
SUD Rail
Sud Rural-Equipement
Sud Santé Sociaux
SNJ
Sud Télécoms
SUD Travail Affaires sociales
Solidaires Protection sociale
Solidaires Industrie
SNUPFEN Solidaires (ONF)

Droit du travail

Liens Solidaires

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Index des rubriques
Lundi 07 Octobre 2019
Retraites : toutes et tous concernés et mobilisés !

Les organisations syndicales (CGT, FO, FSU, MNL, Solidaires, UNEF, UNL) réunies ce 30 septembre s’opposent au projet de régime de retraite par points voulu par le gouvernement qui a le double objectif de réduire les pensions et de repousser l’âge de départ à la retraite.

Elles sont déterminées à défendre un système de retraite par répartition solidaire et intergénérationnel et de conforter et améliorer les dispositions du système actuel et ses régimes pour garantir un haut niveau de pensions à toutes et tous. Il s’agit que nul ne soit pénalisé du fait des difficultés rencontrées au long de la vie active. Personne ne serait épargné par cette réforme, particulièrement les femmes plus souvent confrontées aux carrières interrompues, à la précarité et aux bas salaires. Les jeunes subiraient encore d’avantage les effets de cette dernière qui s’appliquerait sur la totalité de leur vie professionnelle.

Les organisations syndicales appellent en conséquence les salariés du privé comme du public, les jeunes, les privés d’emploi, les retraités à prendre part aux réunions d’informations et de débats organisées par les syndicats et à se mobiliser.

En ce sens elles affirment la nécessité de réaliser une unité d’action syndicale la plus large et de construire des propositions alternatives à cette réforme.

Elles proposent de mettre en discussion la perspective d’une action de grève interprofessionnelle pouvant s’appuyer sur les appels lancés.



Documents à télécharger

Ecrit par solidaires08, à 14:46 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Elections chez AMAZON : PERCÉE de Solidaires
Ecrit par solidaires08, à 14:43 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 01 Juillet 2019
Il fait trop chaud au boulot, ON FAIT QUOI ?


LES RISQUES DU TRAVAIL EN PLEINE CHALEUR

Dans les jours qui viennent, il est prévu des températures ambiantes à l’ombre qui vont dépasser les 30 degrés dans la journée : au-delà de 33 °C, le risque d’accident est accru ou lorsque la température nocturne est supérieure à 25 °C.

Risques pour la santé : quand une personne est exposée de manière prolongée à une chaleur excessive, elle peut développer des pathologies diverses : œdèmes, céphalées, spasmes, nausées, vomissements, et dans les cas les plus graves perte de connaissance pouvant conduire à la mort.

Au premier signe de malaise, confusion... il faut mettre la personne dans un endroit frais, la rafraîchir, et faire le 15 ! La personne qui fait un malaise devra déclarer un accident de service pour bénéficier
des droits attachés, surtout si le médecin fait le lien entre les conditions de travail et le malaise.

CE QU’ON PEUT FAIRE

La loi prévoit que l’employeur a l’obligation de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des salarié-es, en y intégrant les conditions de température.

Il doit veiller à l’adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circons­tances et tendre à l’amélioration des situations existantes (art. L 4121-1 du code du travail).

La législation ne prévoit pas spécifiquement des températures maximales de travail mais l’employeur doit prendre des mesures pratiques de prévention :
- organisation du travail pour éviter les tâches fatigantes physiquement, aménagements horaires pour travailler plus tôt, ou moins longtemps, pauses régulières,
- mise en place de mesure de protection collective (stores, volets, ventilation, etc )
- mise à disposition en quantité suffisante d’eau fraîche et potables à proximité des postes de travail, distribution d’eau,
- mise à disposition de pièces de repli climatisées, d’abris...

Si la situation devient intenable, n’hésitez pas à demanderl’intervention des représentant-es syndicaux-ales pour :
- obliger l’employeur à prendre les mesures de prévention
- de déclencher un droit d’alerte (DP, CSE ou CHSCT) pour situation de danger grave et imminent... cela vous permettra si rien n’est fait de faire des droits de retrait
(plus d’infos ici : http://la-petite-boite-a-outils.org/fiche-n6droit-de-retrait-et-droit-dalerte/)
- demander la réunion dans l’urgence des CHSCT ou CSE pour acter des mesures.
- faire intervenir la médecine du travail ou de prévention pour les personnes vulnérables

PAR TOUS LES TEMPS, FAITES VALOIR VOS DROITS AVEC SOLIDAIRES



Images à télécharger

Ecrit par solidaires08, à 14:26 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 24 Juin 2019
(PETITION) Soutien aux travailleurs sans papiers de Chronopost Alfortville en lutte

Nous, soussigné-e-s, soutenons les travailleurs sans papiers et leur Collectif des Travailleurs Sans Papiers de Vitry, en lutte depuis le 11 juin 2019

Ces travailleurs sont victimes d’uns sous-traitance en cascade dont LA POSTE est le donneur d’ordre. Ils luttent pour obtenir leur régularisation et leur intégration au sein de La Poste. Dès à présent la direction de La Poste doit fournir les documents pour permettre leur régularisation.

Régularisation des Postiers sans papiers en lutte !

Ce qui se cache derrière Chronopost…
Chronopost est une marque de La Poste, spécialisée dans l’envoi du courrier express : les produits Chronopost sont vendus dans tous les bureaux de Poste. Les envois de courrier en Chronopost, aux tarifs élevés, rapportent beaucoup d’argent à La Poste.

Mais derrière ces produits vantés par La Poste pour leurs délais de livraison express, derrière la marque Chronopost, se cache une réalité sordide et inhumaine !

La Poste, c’est l’État (100% de capitaux publics)… Et pourtant !!!
Pour décharger les camions transportant les envois Chronopost et pour trier ces envois afin de permettre leur distribution, La Poste utilise en toute connaissance de cause des travailleurs sans papiers privés des droits élémentaires dont bénéficient les autres salariés en France.

La Poste profite des menaces d’expulsion du territoire qui pèsent sur eux pour imposer des conditions de travail qui ne respectent ni le droit du travail ni la dignité humaine. Ces travailleurs embauchent à 3 ou 4 heures du matin. Employés à temps partiel, leur salaire mensuel s’élève à 600 euros. Les heures supplémentaires ne sont pas payées ! S’ils réclament, c’est la porte, sans possibilité de se défendre à cause de leur situation de sans-papiers ! De même en cas de maladie ou de revendications.

Depuis le 11 juin, plusieurs dizaines de travailleurs sans-papiers employés par Chronopost sont présents jour et nuit devant l’agence d’Alfortville pour demander leur régularisation.

  • Venez les rencontrer devant l’agence Chronopost - 2 chemin de Villeneuve St Georges à Alfortville (94 Val de Marne)
  • Versez à la caisse de solidarité qui permet d’organiser le piquet devant l’agence Chronopost d’Alfortville !
  • Signez la pétition pour la régularisation des travailleurs sans-papiers de Chronopost !

=> Collectif des Travailleurs Sans Papiers de Vitry
=> SUD solidaires PTT
=> Union syndicale Solidaires 94
=> Confédération Nationale du Travail - Solidarité Ouvrière
=> Union locale CGT de Maisons-Alfort / Alfortville

>> Signez la pétition en ligne

Ecrit par solidaires08, à 14:44 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


NEW LOOK : à la liquidation, nous répondons par l’occupation !

Le personnel de l’enseigne d’habillement anglaise New Look est en lutte depuis septembre 2018 contre la fermeture de la filiale française.

Ce lundi, le Tribunal de Commerce de Paris doit prononcer, faute d’un quelconque repreneur, sa liquidation ce qui va entraîner dans la foulée la fermeture des 29 magasins restants et le licenciement de près de 400 salarié-es.

Pour que les salarié-es, abandonnés depuis plusieurs semaines à leur sort, cessent d’être traités comme de vulgaires cintres, un mouvement d’occupation permanente débute d’ores et déjà dans les magasins suivants :

  • Paris rue du Faubourg St Antoine,
  • Rouen Centre commercial Les Docks,
  • Coquelles Centre commercial Cité Europe.

Enfin, suite à l’intervention de plusieurs parlementaires, une délégation a été reçue hier au ministère du travail qui s’est engagé à écrire à la direction britannique : nous exigeons que cette dernière, véritable co-employeuse, abonde au plan social à venir tout comme la trésorerie de l’entreprise.

Soutenons la lutte pour la dignité des New Look !



Documents à télécharger




Ecrit par solidaires08, à 14:42 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 03 Juin 2019
Les mensonges de Monsieur De Rugy sur les raisons de la hausse des tarifs de l’électricité

La vraie raison de la hausse des tarifs de l’électricité est liée à l’augmentation des prix de marché de l’électricité, elle-même expliquée principalement par la hausse des prix des matières premières (gaz en particulier), comme la délibération de la CRE le décrit : « L’évolution des tarifs réglementés de vente proposée par la CRE s’explique principalement par la conjoncture internationale, avec une hausse des prix des énergies depuis janvier 20181.

En effet, la hausse des prix des matières premières a entrainé une forte augmentation des prix de l’électricité sur les marchés de gros ». « L’électricité n’est d’ailleurs pas le seul produit concerné puisque l’INSEE calcule, pour 2018, une hausse de 14,7 % des produits pétroliers, de 22,3 % du fioul domestique et de 12 % du gaz. ».

En effet, le prix de marché de l’électricité est basé sur le coût marginal, c’est à dire le coût variable du moyen de production le plus cher en fonctionnement à chaque instant. La plupart du temps, il s’agit de moyens de production thermiques, gaz ou charbon, souvent hors de France mais accessible via les interconnexions. Ce prix de marché n’a pratiquement rien à voir avec les coûts de production de l’électricité en France, dépendant à 5% des productions thermiques.Ce prix de marché, décorrélé des coûts, ne permet pas de garantir leur recouvrement et peut conduire les producteurs à s’endetter, comme cela a été constaté dernièrement chez tous les gros producteurs sous l’effet de l’effondrement des prix du gaz. Par ailleurs, ils exposent les producteurs comme les consommateurs à une volatilité non intrinsèque au système. Et cela ne permet pas d’investir dans de bonnes conditions. Pour ces raisons, entre autres, l’électricité n’est pas un produit adapté au marché.
Les tarifs réglementés de vente ne visent plus à recouvrir les coûts du système mais, comme le note la CRE, « La tarification par empilement vise à garantir la « contestabilité » des TRVE, qui se définit comme « la faculté pour un opérateur concurrent d’EDF présent ou entrant sur le marché de la fourniture d’électricité de proposer, sur ce marché, des offres à prix égaux ou inférieurs aux tarifs réglementés ». En résumé, il s’agit de proposer des prix suffisamment hauts pour permettre la concurrence, et non plus d’imposer la concurrence pour faire baisser les prix !
Qu’un ministre en charge de l’énergie laisse penser que cette hausse des tarifs de l’électricité serait liée aux rémunération trop élevées des salariés d’EDF, et en particulier à leur tarif agent, dénote soit d’une incompréhension totale de la construction des tarifs, soit d’une mauvaise fois absolue. Le coût total du tarif agent représente, d’après la Cour des Comptes elle-même, 295 millions d’euros par an (soit environ 1000 euros par an par ayant droit – agents ou retraité, soit 83 € par mois, quelle indécence !). Ces 295 M€ sont à rapporter au coût annuel du système électrique, de l’ordre de 40 Mds€ : cela représente donc 0,7%. Cet avantage n’a pas augmenté et n’a donc rien à voir avec la hausse des tarifs de l’électricité.D’une manière générale, M. De Rugy s’insurge contre la rémunération des salariés d’EDF qui, comme le souligne la Cour des Comptes, est plus élevée que celle du secteur : précisons que la Cour des Comptes évalue cette surévaluation à 8%, alors même que le seul critère de la taille d’entreprise explique des écarts du simple au double entre les salaires. Par ailleurs, si aucune entreprise ne peut être 8% au dessus de la moyenne, cela signifie que toutes les entreprises doivent avoir exactement le même salaire moyen : est-ce cela que souhaite le Ministre ?

Rappelons enfin que même la Cour des Comptes reconnait une diminution de la masse salariale en 2017, liée principalement à la baisse des effectifs. A l’évidence et très logiquement, cela a été sans effet sur l’évolution du tarif de l’électricité.

SUD-Énergie, 30 mai 2019

>> Voir sur le site de SUD Energie





Article publié le 31 mai 2019
Ecrit par solidaires08, à 14:28 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 27 Mai 2019
ATTENTION aux médias d’extrême droite !!!
Ecrit par solidaires08, à 14:56 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 20 Mai 2019
Pour l’avenir de la Fonction publique et de ses agent-es






Article publié le 17 mai 2019
Ecrit par solidaires08, à 14:53 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 13 Mai 2019
La part des retraites dans le PIB
 

Le gouvernement et le patronat martèlent une idée nouvelle, l’avenir des systèmes de retraite imposerait de limiter la masse financière relative consacrée aux retraites, de bloquer à 14 % la part des retraites dans le PIB, malgré l’augmentation continuelle du nombre de retraité-es. Voici la fiche explicative de Solidaires.







Article publié le 13 mai 2019
Ecrit par solidaires08, à 14:38 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Procès Lombard, une première semaine qui confirme le déni de la direction

Après une semaine de procès, les camarades de SUD ptt font le point.

le tract






Article publié le 13 mai 2019
Ecrit par solidaires08, à 14:35 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 06 Mai 2019
Le ministre de l’Intérieur est un menteur


La manifestation parisienne du 1er mai a été une nouvelle fois l’occasion pour les « forces de l’ordre » de réprimer violemment ceux et celles venu-es réclamer une autre politique sociale, fiscale et écologique. Nous assurons l’ensemble des blessé-es de notre solidarité. La mise en scène pendant plusieurs jours sur la prétendue dangerosité de cette manifestation par les services de l’intérieur et le Ministre lui-même, relayés largement, ont tenté de décourager les manifestant-es. Cette manifestation a été un succès de participation portant des revendications justes et légitimes. Il s’agit ici de rétablir certaines vérités.

Lorsque que le ministre de l’Intérieur déclare que tout a été fait pour que les organisations syndicales puissent manifester sereinement, il ment ! Avant même le début de la manifestation, des militant-es de l’Union syndicale Solidaires, clairement identifié-es , ont été victimes d’insultes lors des « contrôles préventifs », se sont fait confisquer du matériel inoffensif (sérum physiologique, foulard ou même des gants), y compris lorsqu’ils/elles expliquaient qu’ils étaient chargé-es de la protection du cortège syndical.

Lorsque le ministre de l’intérieur déclare que les organisations syndicales n’ont pas été pris pour cibles par les « forces de l’ordre », il ment ! Notre cortège, clairement identifié, a été la cible de grenades de désencerclement et lacrymogènes ! Le carré de tête syndical unitaire, facilement reconnaissable, a aussi été victime de tirs ciblés de grenades lacrymogènes et même de jets de canon à eau, obligeant à exfiltrer notre porte-parole national tellement l’air était irrespirable.. alors que tout était calme aux alentours.

Lorsque le ministre de l’Intérieur essaie de faire diversion en parlant d’une « attaque de Blacks blocks contre la Pitié Salpêtrière, il ment ! Si des manifestant-es sont bien rentré-es dans l’hôpital, ce n’était évidemment pas pour l’attaquer, mais pour tenter d’échapper aux violentes charges policières, comme ont pu le constater des personnels présent-es sur place.

Nous avons évidemment des témoignages et des vidéos qui montrent que les propos du ministre de l’intérieur sont des mensonges. Nous les avons à disposition de celles et ceux qui le souhaitent.



Documents à télécharger

Ecrit par solidaires08, à 14:36 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 29 Avril 2019
Un 1er mai dans une année de lutte

Le 1er mai est une journée de lutte internationale pour la justice sociale et de solidarité. C’est un symbole toujours vivant. Cette journée n’est pas « la fête du travail ». Ce n’est pas « juste un jour chômé ». Car il s’inscrit dans une histoire sociale : le 1er mai 1886, les travailleuses et travailleurs de Chicago et de tous les Etats-Unis se levaient pour réclamer plus de justice sociale, un temps de travail réduit, des conditions de travail décentes, bref une vie digne d’être vécue. La police leur répondait par les armes, tuant plusieurs dizaines de manifestant-es.

Ce jour est un moment de solidarité entre tous ceux et toutes celles qui luttent pour leurs droits : comme ces dernières semaines en Algérie, avec les enseignant-es polonais-es en grève depuis un mois, les travailleurs-euses du Brésil face à la dictature de Bolsonaro, en Turquie, en Palestine, en Hongrie, les travailleur-euses sans papiers ici en France qui veulent l’égalité des droits et être régularisé-es...

Ici en France, des mois de mobilisation

Les annonces fuitées de Macron, suite à un grand débat tronqué ne répondent pas à nos exigences de fond ni à celles qu’ont exprimées les Gilets jaunes :

• Il préserve une politique fiscale au profit des grandes richesses et des grandes entreprises, ce qui conduit à une baisse des ressources pour la collectivité toute entière.
• Ses mesures en faveurs du pouvoir d’achat n’ont touché qu’une partie des salarié-es et ne constituent pas une garantie durable parce que ce ne sont pas des augmentations de salaires. Nous ne mendions pas, nous voulons des salaires dignes pour une vie digne.
• Il continue l’exploitation intensive des ressources et contribue à détruire la planète tout en faisant croire à une politique « écologique » qui n’en a que le nom, malgré l’urgence climatique et les milliers de manifestant-es pour qui l’écologie est un enjeu de mobilisation internationale.
• Il parle de moratoire sur la suppression des hôpitaux et des écoles, mais pas de rétablir ce qui a été supprimé, ni de développer le tissu social que constituent des services publics de proximité.
• Ses projets de réforme s’attaquent à ce que sont nos droits, conquis de haute lutte : statut de la fonction publique et indépendance de ses missions vis-à-vis du secteur privé, réforme des retraites qui va légitimer une baisse des pensions, augmentation du temps de travail, droit à l’indemnisation quand on est au chômage
• Il veut maintenir l’ordre social, briser la contestation et ne cesse de rogner les libertés. Il justifie l’utilisation d’armes qui blessent, mutilent et tuent en manifestation et dans les quartiers populaires. Sa répression est mise en cause par le Défenseur des droits et par des institutions internationales.

Cette politique qui se maintient en dépit de la colère populaire alimente encore le désarroi et pousse une partie de la population dans les bras de l’extrême droite, alors que cette dernière a toujours été l’ennemie des salarié-es. Macron a beau jeu de se présenter comme rempart, ses mesures sont antisociales, sa politique migratoire est raciste.

Se mobiliser plus,
tous et toutes ensemble

Pour l’Union syndicale Solidaires, nous voulons faire de ce 1er mai une étape importante pour imposer une autre politique, basée sur la justice sociale, fiscale et écologique, pour l’égalité des droits, pour les libertés et contre les violences policières. Nous pensons que le syndicalisme doit se regrouper pour ces objectifs et nous appelons à manifester avec la CGT, FO et la FSU. Nous voulons aussi agir avec tous ceux et toutes celles qui les partagent, c’est ce que nous avons fait en manifestant avec les Gilets jaunes.

Retrouvons-nous le 1er mai pour montrer notre détermination, notre volonté de construire une société qui ne soit pas celle de la loi du fric. Un monde solidaire, qui ne s’arrête pas à nos frontières !



Documents à télécharger

Ecrit par solidaires08, à 14:35 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Accéder aux archives...


Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom