Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Solidaires des Ardennes


Union départementale des syndicats Solidaires des Ardennes


Bienvenue sur le premier site syndical interprofessionnel ardennais.
Crée le 12 décembre 2005



Manifestation du 11 septembre 1911 contre la vie chère. Le citoyen Boutet exhortant le groupe de Braux au calme.
Agrandir l'image

Contacts syndicaux
Pour contacter l'Union départementale Solidaires vous pouvez :
- Venir aux permanences juridiques en droit du travail, tous les lundis après-midi, Bourse du travail 21 rue Jean-Baptiste Clément à Charleville-Mézières : plus de renseignement en cliquant ici
-nous téléphoner : 06.95.56.68.21
- nous envoyer un courriel à l'adresse suivante  : solidaires08@orange.fr

Vous pouvez lire notre page facebook

Nous suivre sur Twitter


Le conseil de l'UD Solidaires se réunit le premier jeudi de chaque mois au local de la Bourse du travail à partir de 14 h, 21 rue J.B.Clément à Charleville-Mézières.

Actualité des syndicats


Solidaires industrie

Plusieurs sections syndicales ont été crées dans l'industrie des Ardennes, pour contacter le syndicat de l'industrie : 06.95.56.68.21



Un syndicat Sud Santé Sociaux s'est constitué dans les Ardennes, pour le contacter : 06.95.56.68.21

Syndicats adhérents à l'Union départementale
SNUI-SUD Trésor
SUD FPA
SUD Activités postales 08
SUD Rail
Sud Rural-Equipement
Sud Santé Sociaux
SNJ
Sud Télécoms
SUD Travail Affaires sociales
Solidaires Protection sociale
Solidaires Industrie
SNUPFEN Solidaires (ONF)

Droit du travail

Liens Solidaires

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Index des rubriques
Lundi 02 Mars 2020
Manifestation le 3 mars 2020 contre la réforme des retraites et le 49.3
Suite au communiqué de presse de ce matin de l'intersyndicale nationale, nous avons décidé en local d'un rassemblement devant la préfecture demain mardi de 14h à 17h.
Le délai étant très court merci de communiquer au maximum.

Les organisations syndicales de salarié-es et de jeunesse (CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, FIDL, MNL, UNEF, UNL) ont pris acte de l’annonce par le Premier ministre samedi dernier en fin d’après-midi d’utiliser l’article 49-3.

Cette procédure gouvernementale permet de faire passer sans vote à l’Assemblée Nationale le projet de loi portant sur le système de retraites par points.

Cela démontre l’impuissance du gouvernement à répondre aux interrogations sérieuses et légitimes des parlementaires à propos de ce projet incomplet, très approximatif aux multiples inconnues.

C’est une nouvelle preuve, si celle-ci était nécessaire, que le gouvernement refuse le débat et veut faire passer en force ce projet de régression sociale minoritaire dans l’opinion publique.

Deux motions de censure sont désormais déposées, et imposent au gouvernement de s’expliquer par un discours de politique générale.

Les organisations réaffirment leur opposition à ce projet et la nécessité de créer de nouveaux droits pour les salarié-es, privé-es d’emploi, étudiant-es, lycéen-es,retraité-es.

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL et UNEF appellent à poursuivre les actions sans relâche, sous toutes les formes décidées localement.

Elles appellent à multiplier partout localement des rassemblements dès lundi 2 mars, et à organiser des manifestations devant les préfectures et sous-préfectures le mardi 3 mars, y compris par le recours à la grève, au moment de ce passage en force au parlement, afin de signifier massivement avec force le rejet de ce texte.

Les mobilisations massives très importantes initiées depuis le 5 décembre n’ont pas été́ entendues par ce gouvernement mais le poussent à la faute.

Elles poursuivent et amplifient, dans ce cadre, la construction d’une grande journée de grève interprofessionnelle et de manifestations dans tout le pays mardi 31 mars pour mettre en échec ce projet de loi ainsi que les suites si nécessaire.

Montreuil le 2 mars 2020

Ecrit par solidaires08, à 18:18 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Mardi 04 Février 2020
Manifestion jeudi 6 février contre la réforme des retraites

Rendez-vous à 13 heures place Ducale. Départ de la manifestation à 14 heures.

Ecrit par solidaires08, à 20:19 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Mardi 28 Janvier 2020
Manifestation contre la réforme des retraites mercredi 29 janvier 2020

Rendez-vous à 13 h place Ducale et départ à 14 h.

Ecrit par solidaires08, à 19:12 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 20 Janvier 2020
Les prochaines manifestations contre la réforme des retraites à Charleville
Mercredi 22 janvier: rassemblement devant l'inspection académique à 15h fin à 17h.

Jeudi 23 janvier: retraite aux flambeaux:
RDV 18h départ 18h30 de la place Ducale, arrivée Bourse du travail (soupe populaire). Fin 22h00

Vendredi 24 janvier: RDV 13h00 place Ducale départ 14h00
Arrivée place ducale, dislocation 16h30
Ecrit par solidaires08, à 22:51 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Dimanche 15 Décembre 2019
Pour l’amélioration des pensions ! Pour le maintien des régimes existants et de nos droits ! Toutes et tous mobilisé-es et déterminé-es pour le retrait du projet de réforme de notre système de retraite ! En GRÈVE ce mardi 17 décembre !
  Le Premier Ministre a présenté mercredi son projet de réforme des retraites ou plus précisément de notre société... Sans aucune surprise, ce que dénoncent les syndicats FO, CGT, FSU, Solidaires et l’UNSA des Ardennes depuis de très nombreux mois a été réaffirmé sans état d’âme : la contre-réforme du gouvernement, c’est donc :   • Des points au lieu des trimestres, et donc un calcul des retraites sur toute la carrière, au lieu des meilleures années ou des 6 derniers mois, qui va conduire à baisser le niveau des pensions ;  • Un âge pivot à 64 ans qui va réduire le niveau des pensions de 5 % par an, et obliger à travailler plus longtemps… enfin... pour ceux qui le pourront !  • Une valeur du point qui dépendra de l’équilibre financier du régime ;  • La fin des régimes de retraite actuels.  
 
Les autres annonces ne sont que des artifices ! La réforme, c’est la précarité universelle pour les jeunes, les femmes, les temps partiels, les malades, les privés d’emploi, les seniors qui sont licenciés et ne retrouvent pas d’emploi.

Rassemblement à partir de 13h00 Parc des Expositions de Charleville-Mézières 14h00 départ du cortège, passage par : la Rocade Rue de MONTJOLY Rue François MITTERRAND Avenue Gustave GAILLY Place des Droits de l’Homme Dispersion de la Manifestation à 17h00

CGT FO FSU Solidaires UNSA
Ecrit par solidaires08, à 22:42 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 02 Décembre 2019
Pour nos retraites : le 5 décembre, c’est le début !

Rassemblement au Parc des Expositions de Charleville-Mézières à partir de 13h30.

Prises de paroles à 14h00. Départ de la manifestation à 14h30. Arrivée prévue vers 16h30 à la Préfecture des Ardennes

Face à une grève qui s’annonce massive dans de nombreux secteurs, le gouvernement semble lâcher sur certains points : plus de « clause du grand père », on recule l’âge de celles et ceux qui seront concerné-es par la réforme (1973), on peut négocier à la marge... Dans le même temps, il accélère le tempo sur la présentation de la loi. Ce sont bien sûr des faux semblants, mais cela montre que le pouvoir s’inquiète de la mobilisation sociale qui s’approche et surtout de la conjonction des colères sociales sur de très nombreux sujets... fruits de la politique de Macron.

Ancrons la mobilisation dans la durée, construisons la grève reconductible après le 5

Si une grève reconductible ne se décrète pas, pour autant elle se construit avec toutes les forces nécessaires car c’est un élément central du rapport de force pour le retrait de la réforme.

Les salarié-es sont las des grèves sans lendemain ou « saute mouton » car ils et elles savent que ce n’est pas une stratégie gagnante : les mobilisations contre la loi travail en 2016 ont été massives, mais les journées espacées ont fini par mener à un effilochement de la mobilisation et à la défaite... Notre responsabilité dans la période est aussi de tirer les leçons des mobilisations passées.

La grève du 5 est donc décisive et doit être massive pour être un point d’appui de la reconduction dès le lendemain et les jours qui suivent.

Voulant profiter de cette colère grandissante, le Rassemblement national laisse entendre que certains de ses dirigeants seront dans les cortèges du 5 décembre : pour Solidaires, l’extrême droite, quelle que soit, n’est pas et ne sera jamais notre alliée et elle n’a pas sa place dans nos mobilisations.

Solidaires appelle l’ensemble des secteurs du public et du privé à se mettre en grève, à tenir des assemblées générales dès le 5 décembre pour décider de la reconduction de la grève le 6 décembre.
Le samedi 7 décembre, les gilets jaunes seront dans la rue, avec les précaires et chômeur-euses. Solidaires appelle à rejoindre les rassemblements et manifestations interprofessionnels de la CGT avec les chômeur-euses et les précaires et à participer à toutes les mobilisations de cette journée pour continuer à construire une mobilisation sociale forte.

Pour Solidaires, il est de la responsabilité du mouvement syndical de créer les conditions d’un ancrage et d’un élargissement des grèves reconductibles en appelant très rapidement dans les jours suivant à de nouvelles journées de grèves générales.

Ensemble par la grève construisons un autre avenir

Paris, 29 novembre 2019



Documents à télécharger

Ecrit par solidaires08, à 13:38 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 23 Septembre 2019
Journée de grève et de mobilisation pour nos retraites

Mardi 24 septembre à 14h rassemblement devant la caserne des pompiers (Près du parc des expositions) pour une manifestation vers l’hôpital Manchester. 

journée de sensibilisation et de mobilisation le 24 septembre.

Le projet de loi Retraites du gouvernement est bien avancé, Emmanuel Macron a confirmé sa volonté de mettre en place un système de retraite « par points », le rapport Delevoye publié pendant l’été 2019 en trace les contours. Son objectif : diminuer le montant des pensions de toutes et tous, les enseignants étant particulièrement visés avec une perte du montant estimé de la retraite compris entre 23 et 30 % … si durée complète de cotisation.

Derrière les choix techniques de modalités de calcul des pensions se cachent des enjeux politiques majeurs. Les éléments de langage utilisés par le gouvernement présentent le nouveau système comme « plus juste, plus équitable et plus simple », la réalité de la réforme qui se profile est pourtant toute autre : incertitude sur la valeur du point, fin du calcul sur la base de l’indice détenu les 6 derniers mois pour les fonctionnaires, pénalisation des enseignants, remise en cause de droits familiaux, aggravation des inégalités entre les femmes et les hommes, recul déguisé de l’âge de départ.

Ecrit par solidaires08, à 14:18 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 01 Juillet 2019
Pas de permanence juridique en juillet et août
Il n'y aura pas de permanence juridique en droit du travail durant les mois de juillet et août 2019.
En cas d'urgence laisser un message sur le répondeur :   06.95.56.68.21
Reprise des permanences le lundi 2 septembre de 14h à 16h.
Ecrit par solidaires08, à 15:35 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 18 Février 2019
Appel intersyndical à une journée d’action, de mobilisations et de grève le 19 mars

La situation sociale en France est marquée par l’expression diverse et multiple d’un mécontentement social grandissant, par l’aspiration à une véritable justice sociale et fiscale, par la dénonciation des reculs sur les libertés publiques comme individuelles. Le mouvement des gilets jaunes est l’expression récente de cette profonde crise sociale.

Alors que les annonces faites par le président de la République ou son gouverne-ment n’ont pas répondu aux attentes, alors que des lois portant atteinte aux liber-tés syndicales et de manifester sont votées, que les prix des produits de consom-mation courante continuent à la hausse, que la suppression de l’ISF n’est pas re-mise en cause, que le chômage progresse… Le « grand débat national » ne peut ni se substituer, ni contourner, encore moins être opposé aux revendications sociales et syndicales.

Pour les jeunes, les difficultés ne cessent de croitre : sélection, réforme du lycée et de la voie professionnelle, hausse des frais d’inscription des étudiant-es étranger-ères hors UE, progression de la précarité étudiante et gel des prestations sociales, ne font qu’attaquer le droit d’étudier.

En parallèle, le patronat, particulièrement celui des grands groupes, porte lui aussi une grande responsabilité dans l’exaspération sociale. C’est dans les entreprises et dans les services publics que les salarié-es sont considéré-es comme un coût et non pour ce qu’ils/elles sont : une richesse. C’est là que les conditions de travail se dégradent.

C’est partout que la précarité s’aggrave...

Dans ce contexte, il s’agit de gagner l’augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux, l’égalité femmes-hommes et un véritable droit à l’éducation et à la formation. Il s’agit aussi de renforcer notre protection sociale et notre système solidaire de retraite par répartition. Il s’agit enfin de répondre aux enjeux climatiques et environnementaux, tout en développant des emplois de qualité… C’est dans ce but que nos organisations appellent à l’élargissement et l’amplification de la mobilisation sociale.

Partout sur le territoire, nos organisations engagent un travail en ce sens via des initiatives diverses dans les entreprises, dans les services publics et en prise directe avec les salarié-es, les retraité-es, les privé-es d’emploi et la jeunesse. Ainsi, nous placerons le débat là où il doit être.

Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la construction d’une nouvelle journée d’action, de mobilisation et de grève le 19 mars prochain. Nos organisations -CGT, FO, Solidaires, UNEF, UNL- s’engagent à poursuivre un travail commun donnant des perspectives à la mobilisation sociale. Nos organisations appellent à une puissante journée d’action, de mobilisations et de grève le 19 mars !

Montreuil, le 12 février 2019



Documents à télécharger




Ecrit par solidaires08, à 14:19 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 04 Février 2019
Tous-Tes dans les rues et en grève le 5 février et les jours qui suivront

Posons des actes forts !

Depuis novembre la colère sociale que nous sentions bouillir depuis plusieurs mois s’est répandue dans le pays. Elle porte principalement des exigences de justice sociale et fiscale dans un contexte où les inégalités et l’accaparement des richesses par quelques un-es deviennent tout simplement insupportable à une large majorité de la population.

Cette colère est juste face à une violence sociale qui plonge beaucoup dans une immense précarité. Elle est juste face à un débat confisqué depuis de trop nombreuses années par les néolibéraux de toutes chapelles. La réponse ne peut pas être la violence des forces de maintien de l’ordre qui a déjà fait de trop nombreux mutilé-es et blessé-es. La réponse ne peut pas être non plus de tenter de noyer le poisson dans un faux débat qui pose en postulat de ne rien changer à l’ordre économique actuel. La réponse n’est pas plus dans le rejet de l’autre, le racisme, le sexisme, l’homophobie, l’exclusion.

La responsabilité du mouvement syndical est importante et il se doit de poser des actes forts. Depuis plusieurs mois, Solidaires propose aux autres organisations de s’unir sur des bases revendicatives fortes et de construire une grève générale reconductible pour peser dans le rapport de force et arracher des augmentations de salaire et des droits sociaux. Même si l’union reste difficile nous ne souhaitons ni tomber dans la posture, ni renoncer à la construire.

Nous essayons dans le même temps dans nos services, dans nos entreprises, avec les forces du mouvement social de construire la grève et amplifier ainsi les mobilisations et le blocage de l’économie. Dans le même temps, depuis plusieurs semaines, dans de nombreux endroits, nous participons aux actes proposés par les gilets jaunes qui se succèdent chaque samedi et nous manifestons pour tracter, discuter, échanger, lutter ensemble.

Nous appelons à manifester les prochains samedi et à poursuivre la construction des convergences qui sont en cours dans un nombre de plus en plus important de villes entre les gilets jaunes et le mouvement social, comme par exemple à Nantes, Dijon, Poitiers ou Toulouse.

Ces convergences se saisissent aussi ces derniers jours de la date du 5 février posée par la CGT. Pour Solidaires il ne peut s’agir d’une date isolée. Elle doit servir de point d’appui pour être toujours plus nombreuses et nombreux dans les manifestations, sans les opposer et pour amplifier encore le mouvement en débattant ensemble d’une grève générale reconductible.

L’Union syndicale Solidaires est disponible pour travailler avec toutes et tous, dans les lieux de travail, les assemblées et dans la rue.

Soyons massivement dans les rues et en grève pour les prochains actes, le 5 février et les jours qui suivront.



Pour Paris : La manif démarrera à 14h de l’Hôtel de Ville, rue de Rivoli en direction de la place de la Concorde. Rendez-vous sous le ballon Solidaires à 13h30 au niveau du BHV. Ordre des cortèges : CGT - Jeunes - FO - FSU - Solidaires (la mise en place se fera à 13h)

2019 01 24 Posons des actes forts

>> Voir notre rubrique consacrée à la mobilisation en cours

Images à télécharger





Article publié le 5 février 2019
Ecrit par solidaires08, à 15:58 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Journée nationale d’appel à la grève et de manifestation le Mardi 5 février 2019

14h 30 départ de la bourse du travail 21 rue Jean- Baptiste Clément.

Parcours :

-Rue Jean-Baptiste Clément

-rue de Mantou

-Avenue Gustave Gailly

 

Rassemblement devant les locaux du MEDEF.

Dislocation de la manifestation 16 h 30.

Ecrit par solidaires08, à 15:54 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Mercredi 27 Juin 2018
28 juin - Journée nationale de mobilisation interprofessionnelle


Rassemblement à 13h00 devant la préfecture. La CGT cheminots et SUD-Rail y participent.

Il y a aussi un appel de Solidaires National ci joint.


L’Union syndicale Solidaires a décidé d’appeler sur ses propres bases à la journée de mobilisation du 28 juin.

L’appel de Solidaires

Les cheminot-es poursuivent leur lutte légitime par une grève dont la durée est remarquable. Face à elles et eux, le pouvoir reste droit dans ses bottes, fait adopter la loi et refuse de négocier. La journée du 28 juin doit partout exprimer le soutien à leur lutte contre la privatisation et pour la préservation du statut. On ne rappellera jamais assez qu’ils et elles luttent pour un véritable service public des transports sur tous les territoires, pour toutes et tous. On ne rappellera jamais assez, encore, qu’une fois le statut des cheminot-es détruit, le pouvoir s’attaquera à celui des fonctionnaires et continuera à détruire tous les conquis sociaux qu’il présente comme des obstacles à la libéralisation totale, thatcherienne, du marché du travail.

Tout le monde est concerné
par cette offensive globale contre nos conditions de travail et de vie décente : les retraité-es, les étudiant-es et les lycéen-es qui, avec Parcoursup en font les frais aujourd’hui. Alors oui, nous avons encore et toujours de bonnes raisons d’être en lutte, ensemble, le 28 juin. Nous ne nous réduisons pas à des tableaux de gestion ou à des algorithmes.

Mais après ? Nous mesurons les difficultés à mobiliser aujourd’hui compte tenu du niveau insuffisant de certaines journées de mobilisations récentes. Nous entendons la lassitude exprimée par les travailleurs et travailleuses vis à vis de journées de mobilisations isolées et souvent fragmentées entre les différents secteurs. C’est pourquoi, Solidaires continuera, comme nous l’avons fait à de très nombreuses reprises depuis un an, à participer à tous les efforts pour construire une riposte interprofessionnelle d’ampleur suffisante sur des bases revendicatives. Face à la dévastation sociale et à la morgue des classes dominantes, la lutte, c’est tous les jours que nos militant-es la mènent et la construisent. Aussi nous n’attendrons pas la fin de l’été pour cela. Pour nous, il ne saurait y avoir de trêve estivale.

Guerre aux pauvres. Pire que ses prédécesseurs, ce pouvoir arrogant mène la guerre contre les pauvres. Pour cela, il ne renonce à aucune outrance, mensonge ou cynisme. En témoigne la violence par laquelle Macron s’exprime sur les minima sociaux : tout ce « pognon de dingue » dépensé pour les pauvres qui « ne font pas d’efforts ». On les « déresponsabilise et on est dans le curatif ». Comme si la pauvreté était une fatalité ou pire, une maladie à « curer ». Ceux et celles qui nous dirigent sont sans vergogne, se pensant autorisé-es à énoncer publiquement les préjugés les plus dégradants des riches vis-à-vis des démunis. Ces « riens » qu’on croise dans les gares, démuni-es par qui ? Démuni-es en tous cas des 500 000 euros dépensés pour renouveler la vaisselle à l’Elysée (ça fait combien de RSA ?)

Les salarié-es aussi coûtent trop chers aux patrons. Heureusement pour ces dernier-es, la loi travail de Macron permet aujourd’hui à PSA de mettre fin aux 35 heures dans ses usines. S’ils et elles travaillent plus en gagnant moins, c’est sûr, cela fera plus de profits pour leurs patrons. Comme pour l’ex PDG de Carrefour, parti en retraite avec une indemnité de 13 millions d’euros pendant que son groupe licencie et ferme des magasins. 13 millions ! en voilà du pognon de dingue pour financer des services publics et assurer les besoins sociaux de la population ! Sans oublier ce pognon de dingue évadé et fraudé fiscalement, ces dizaines de milliards d’euros, ils pourraient en financer pas mal de biens communs !

Le 28 juin est un moment important de mobilisation, de grèves et d’actions pour maintenir la pression par tous les moyens dont nous disposons.
Gardons le fil de notre légitime colère, continuons à construire patiemment mais résolument la résistance et les luttes contre leur monde.

Affiche SUD-Rail

Ecrit par solidaires08, à 19:42 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Accéder aux archives...


Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom