Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Solidaires des Ardennes


Union départementale des syndicats Solidaires des Ardennes


Bienvenue sur le premier site syndical interprofessionnel ardennais.
Crée le 12 décembre 2005



Manifestation du 11 septembre 1911 contre la vie chère. Le citoyen Boutet exhortant le groupe de Braux au calme.
Agrandir l'image

Contacts syndicaux
Pour contacter l'Union départementale Solidaires vous pouvez :
- Venir aux permanences juridiques en droit du travail, tous les lundis après-midi : plus de renseignement en cliquant ici
- nous écrire : UD Solidaires 64 rue Forest 08000 Charleville-Mézières
-nous téléphoner : 06.95.56.68.21
- nous envoyer un courriel à l'adresse suivante : solidaires08@orange.fr

Vous pouvez lire notre page facebook

Nous suivre sur Twitter


Le conseil de l'UD Solidaires se réunit le premier jeudi de chaque mois au local de la Bourse du travail à partir de 14 h, rue J.B.Clément à Charleville-Mézières.

Actualité des syndicats


Solidaires industrie

Plusieurs sections syndicales ont été crées dans l'industrie des Ardennes, pour contacter le syndicat de l'industrie : 06.95.56.68.21



Un syndicat Sud Santé Sociaux vient de se constitution dans les Ardennes, pour le contacter : 06.95.56.68.21

Syndicats adhérents à l'Union départementale
SNUI-SUD Trésor
SUD FPA
SUD Activités postales 08
SUD Rail
Sud Rural-Equipement
Sud Santé Sociaux
SNJ
Sud Télécoms
SUD Travail Affaires sociales
Solidaires Protection sociale
Solidaires Industrie

Droit du travail

Liens Solidaires

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Index des rubriques
Lundi 12 Septembre 2016
Pas de permanence en droit du travail les 19 et 26 septembre 2016
Il n'y aura pas de permanence physique à notre local de la Bourse du travail de Charleville-Mézières les 19 et 26 septembre 2016 mais uniquement une permanence téléphonique au 06.95.56.68.21


Ecrit par solidaires08, à 16:00 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Loi travail, ON CONTINUE ! le 15 septembre on fait grève et on manifeste

Malgré plusieurs mois de mobilisations, de manifestations et de grèves, des jeunes, des salarié-es, des précaires, des chômeurs-ses, des Nuit debout, le gouvernement a fait « adopter » la loi travail cet été, en recourant à un énième 49-3.

Ceci constitue une nouvelle marque de sa politique au service du patronat (et le Medef en veut toujours plus !) comme celle de sa conception de la démocratie : le passage en force.

Plus de cent décrets devront être adoptés d’ici la fin de l’année, et certains sont déjà en cours d’adoption, comme celui sur le barème indicatif des indemnités prud’homales en cas de licenciement abusif (issu de la Loi Macron). Celui-ci va permettre aux employeurs de connaître le risque qu’ils prennent pour ce qui constitue des infractions à la légalité...
Pour l’ensemble des dispositions, Solidaires s’engagera dans la bataille juridique en lien avec les autres organisations syndicales. Ces recours concerneront notamment le primat de la négociation d’entreprise au détriment des conventions collectives et de la loi, sur les sujets de l’emploi, de l’organisation et du temps de travail, des heures supplémentaires...

Mais plus que tout, c’est dans la rue que nous devons montrer notre détermination à faire abroger cette loi « anti-travail ».

Solidaires continue de refuser à travers cette loi illégitime :
- la casse du code du travail et donc la casse des protections et des droits des salarié-es,
- la précarisation encore un peu plus des salarié-es, et particulièrement des femmes,
- son idéologie qui servira aussi à la casse de la fonction publique (mobilité non choisie, contrats plutôt que concours, allongement du temps de travail…),
- le sacrifice des salarié-es sur l’autel d’une croissance et le dumping social qui ne sont que des prétextes à la captation de richesses d’une minorité sur la planète (1 % les plus riches détenant 50 % du patrimoine mondial !),

Pour Solidaires, cette mobilisation marque aussi notre engagement avec :
- les militant-es subissant la répression pour leur participation au mouvement loi travail ou à d’autres luttes (jugements à venir, demandes d’indemnités à des syndicats locaux...)
- tous ceux et celles qui se battent contre « leur » loi travail : les syndicats belges appellent à une manifestation le 29 septembre, et à une grève générale le 7 octobre journée internationale pour le travail décent ! Il n’y a pas de travail décent avec les lois travail qu’elles s’appellent Peeters en Belgique, mini jobs en Grande Bretagne, 1 euro en Allemagne, jobsact en Italie...

Alors que les mobilisations reprennent et se construisent dans plusieurs entreprises et secteurs, reprenons le chemin de la rue, et faisons converger nos luttes !



Documents à télécharger




Ecrit par solidaires08, à 15:56 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 05 Septembre 2016
Manifestation du 15 septembre pour l'abrogation de la Loi Travail

Rassemblement le 15/09 a 13h30 devant la préfecture.

14h00 audience avec le préfet

14h30 départ manif vers place Ducale, avenue d'Arches, Cours Briand, rue piétonne.

Venez nombreux

L'Intersyndicale CGT, FO, Solidaires, FSU

Ecrit par solidaires08, à 14:17 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 29 Août 2016
Procès en appel de Laura Pfeiffer, inspectrice du travail de Tefal

Ecrit par solidaires08, à 14:48 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Journée nationale de mobilisation contre la Loi travail
Déclaration commune CGT, FO, FSU,Solidaires, UNEF, UNL, FIDL du 8 juillet 2016

Les organisations syndicales de salarié-es et de jeunesse (CGT, FO, FSU,
Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) ont pris acte et dénoncent la nouvelle utilisation
du 49-3, véritable déni de démocratie, pour faire passer le projet de loi travail.

C’est bien la preuve, si celle-ci était nécessaire, que ce texte de régression
sociale reste minoritaire. Soutenues par une large majorité de la population,
elles réaffirment leur opposition à ce projet et la nécessité de nouveaux droits
pour les salarié-es, privé-es d’emploi, étudiant-es, lycéen-es, retraité-es. Ce
sont encore plus d’un million qui ont participé à la votation citoyenne et signifié
leur rejet de ce projet.

Les nombreux rassemblements et manifestations de ces derniers jours,
notamment le 5 juillet, ont réunis plusieurs dizaines de milliers de participantes.
Les organisations syndicales et de jeunesse dénoncent les conditions
contraignantes de manifestations qui ont empêché certain-es d’y participer.

Elles réaffirment que la liberté de manifester doit rester un droit.

Les mobilisations initiées depuis quatre mois n’ont pas été entendues par ce
gouvernement. Qu’à cela ne tienne ! La détermination, malgré le passage en
force à l’assemblée nationale, reste intacte et toute la période estivale sera
l’occasion de la rappeler. Nombre d’initiatives locales, sur tout le territoire, sont
déjà prévues et organisées de manière unitaire.

Les organisations syndicales et de jeunesse invitent l’ensemble des salarié-es,
privé-es d’emploi, étudiant-es, lycéen-es, retraité-es à adresser une carte
postale au président de la République pour lui assurer qu’ils seront toujours
mobilisés à la rentrée !

Les organisations (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) donnent rendez
vous à l’ensemble des salarié-es, privé-es d’emploi, étudiant-es, lycéen-es,
retraité-es pour une journée d’actions et d’initiatives le 15 septembre pour
obtenir l’abrogation de la loi Travail et conquérir de nouvelles garanties et
protections collectives.
Elles se retrouveront pour faire le point le 31 août.

Paris, le 8 juillet 2016







Article publié le 15 septembre 2016
Ecrit par solidaires08, à 14:46 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 11 Juillet 2016
Pas de permanence en droit du travail cet été
Les permanences en droit du travail sont suspendues pendant l'été et ne reprendront que le lundi 22 août de 14h à 16h30.
En cas d'urgence vous pouvez laisser un message sur notre répondeur :  06.95.56.68.21
Ecrit par solidaires08, à 15:58 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Centre Aquatique Ardenne Métropole : après le retour des carolos, le retour des staphylocoques ?
  Lu sur SDU 08 : "Le 14 juin dernier, nous avons alerté le président Ravignon sur la situation de crise au centre aquatique. Cela est resté sans effet et nous n'avons eu aucune réponse.

L'an dernier, les staphylocoques qui s'étaient installés au Centre aquatique Bernard Albin ont beaucoup fait parler d'eux et conduit à une fermeture de l'équipement pendant deux mois, puis fait chuter la fréquentation jusqu'à 40% en fin d'année 2015.La courbe de fréquentation vient à peine de s'inverser en mai 2016 pour repartir à la hausse.
Lire la suite ici
Ecrit par solidaires08, à 15:51 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Assemblée générale annuelle du SDU-08

Le 1er juillet, deux cents des sept cent cinquante adhérents du SDU-08 ont participé à l'assemblée générale annuelle.
A l'ordre du jour :
Approbation des comptes 2015.
Comptes-rendus d'activité des sections et du syndicat.
Orientations 2016-2017.
Formation syndicale.
Verre de l'amitié et repas convivial.
Encore une belle assemblée générale pour 2016
http://www.sdu-08.fr/…/assemblee-generale-annuelle-du-sdu-0…
Ecrit par solidaires08, à 15:48 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Mardi 05 Juillet 2016
Changement de convention collective à la RDTA : enfumage de la direction !

Depuis plusieurs mois la direction de la RDTA tente de faire croire que l’entreprise a obligation de changer de convention collective et devrait passer de la VFIL (Voie ferrées d’intérêt local) à la convention des Transports routiers.

La Cour de cassation n’a jamais dit que les Régies de transports devaient appliquer la Convention des Transports routiers !

D’après la direction, la Cour de cassation aurait exclu de l’application de la convention collective VFIL deux entreprises du même type que la RDTA, à savoir : la Régie départementale des transports de Haute Vienne dans un arrêt du 17 mai 2011 et la Régie départementale des transports du Jura dans un arrêt du 4 avril 2012. Mais elle se garde bien de citer les deux arrêts car en les lisant on peut se rendre compte que la cour de cassation n’exclut pas les deux régies de la convention VFIL !

En effet la cour de cassation a jugé deux affaires qui n’avaient rien à voir avec le changement de convention collective pour les Régies. Il s’agissait dans les deux cas d’entreprises privées de transport qui avaient perdu un marché de lignes de bus, dans le cadre d’un appel d’offre. Les Régies dans les deux cas refusèrent de reprendre le personnel des transporteurs privés. Les salariés non repris portèrent l’affaire devant les tribunaux, invoquant l’accord du 18 avril 2002 de la convention collective des Transports routiers qui prévoit la reprise du personnel par le repreneur. Les deux Régies refusèrent indiquant qu’elles relevaient de la convention VFIL et pas des transports routiers. La Cour de cassation leur donna tort mais pas du tout pour les raisons qui arrangeraient bien la direction de la RDTA !

La Cour de cassation considéra qu’en se plaçant dans le champ concurrentiel d’un appel d’offre avec d’autres entreprises relevant du régime privé, le faisant par exception à leur statut, elles relevaient bien de l’article 28 de l’accord du 18 avril 2002 et ce faisant n’agissaient plus en tant que Régies départementales. Elles devaient donc appliquer cet accord de la convention des transports routiers et reprendre le personnel de l’entreprise ayant perdu le marché. On voit que la Cour de cassation n’a jamais dit que les Régies de transports ne devaient plus appliquer la convention VFIL mais lorsqu’elles répondent à un appel d’offre avec des transporteurs routiers, elles ne sont plus considérées (à l’occasion de ce marché et uniquement à cette occasion) comme des Régies et doivent donc appliquer l’accord de la convention des transports routiers qui prévoit cette reprise du personnel. La Cour de cassation ne dit rien d’autre et surtout pas que les Régies ne doivent pas appliquer la convention VFIL , comme on va le voir.

Pour la Cour de cassation les Régies de transports relèvent de la convention VFIL

Comme nous l’avons montré la direction cite deux arrêts qui n’ont rien à voir avec la soi-disant obligation de changer de convention collective.

La Cour de cassation dit même le contraire : dans un arrêt du 16 février 2011, elle considère que lorsqu’une Régie de transports a pour objet principal et activité réelle, le transport urbain, les services scolaires et les services réguliers et qu’il apparait ainsi que son activité principale n’est pas constituée par du transport routier mais par du service public de transport au bénéfice des usagers du département, la Régie relève de la convention VFIL et pas de la convention des transports routiers.

On voit donc que la plus haute juridiction dit l’inverse de la direction de la RDTA !

Mais allons encore plus loin : la RDTA est obligée d’appliquer la convention VFIL.

La convention VFIL prévoit que la RDTA relève totalement de la convention

Dans son avenant n°1 du 11 mai 1977, la convention VFIL indique : « Réseaux dont le personnel relève totalement de la convention collective nationale du personnel VFIL » et cite la liste des Régies, parmi elles, la Régie départementale des transports des Ardennes. Or cet avenant a été étendu par arrêté du 2 novembre 1977 et publié au Journal officiel du 5 janvier 1978.

Autrement dit la RDTA ne pourrait sortir de la convention collective VFIL, si son activité changeait (ce qui n’est pas le cas selon les critères de la Cour de cassation) que lorsqu’un accord, lui aussi publié au JO prévoirait que la RDTA n’applique plus la convention VFIL. Ce n’est pas demain la veille que la direction de la RDTA pourrait obtenir un tel accord signé au niveau national par les signataires de la convention VFIL et ensuite publié au JO. Un accord signé au niveau de l’entreprise ne peut absolument pas jouer ce rôle !

Tout ce qui est écrit dans la convention VFIL et paru au journal officiel, est, de ce fait incontestable.

Reste maintenant à savoir pourquoi la direction de la RDTA veut s’engager dans cette voie juridique sans issue ?

Charleville-Mézières le 27 juin 2016

Ecrit par solidaires08, à 13:14 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Dimanche 03 Juillet 2016
Lettre aux députés ardennais à propos de la loi Travail
Voici le contenu de la lettre intersyndicale qui sera remise aux députés ardennais lors des rassemblements du 5 juillet :

 

Madame la Députée, Monsieur le Député,

 

Vous allez devoir prochainement à nouveau vous prononcer sur le projet de loi « visant à instituer de nouvelles  libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs », dite loi  travail.

 

Nos organisations syndicale, l’UD CGT 08, l’UD FO 08, FSU 08, l’UD Solidaire, demandent au gouvernement la suspension des débats sur  cette loi afin d’établir un dialogue avec toutes les organisations syndicales et enfin écouter toutes nos propositions pour améliorer ce texte, notamment pour l’acquisition de nouveaux droits pour les salariés.

 

Cette demande est motivée par cinq raisons de fond :

 

 

Ce projet de loi marque une rupture dans l’articulation entre les normes,  rendant la loi bien plus supplétive qu’impérative, affaiblissant ainsi l’ordre  social public, et par voie de conséquence le contrat.

Dans un tel contexte,  les différents niveaux de négociation collective se verraient désarticulés et  perdraient de leur cohérence, au risque de dégrader les droits des salariés et  leurs garanties collectives.

Ainsi, pour tout ce qui concerne dans un premier  temps la durée et l’organisation du travail, ce projet de loi donne la priorité  ou l’exclusivité à l’entreprise comme niveau de négociation. Or, c’est au  niveau de l’entreprise que la pression, le chantage à l’emploi, sont les plus  forts sur les salariés pour remettre en cause leurs droits et situations.  

 

De même, le référendum pourrait servir à court-circuiter les syndicats représentant une majorité de salariés et risquerait d’accroître encore les  tensions dans les entreprises. Cette logique a conduit, dans les pays qui l’ont  pratiquée (Espagne et Portugal, notamment), à un effondrement de la  négociation collective et à l’augmentation du nombre de salariés non  couverts par une convention collective.

Une telle logique conduirait la  France à perdre sa place internationale qui, aujourd’hui, offre la meilleure  couverture conventionnelle aux travailleurs, grâce à l’existence de  conventions collectives nationales.

 

Nombre de dispositions constituent des remises en cause importantes :  prévisibilité des congés, heures supplémentaires, médecine du travail,  licenciement économique, mise en place de licenciements pour motif  personnel, accords de développement ou de préservation de l’emploi,  disparition des avantages individuels acquis, taxe d’apprentissage, VAE, etc.

 

Ce projet de loi, correspond au point 6 des recommandations de la Commission européenne dans son document du 13 mai 2015 sur le programme national de réforme. Il s’inscrit dans une logique économique  libérale et dans une politique d’austérité dont on mesure tous les jours les  dégâts et les risques d’aggravation de la crise, notamment dans ses  conséquences sociales.

 

C’est par la relance et des garanties protectrices renforcées pour les salariés que la situation économique pourra s’améliorer. 

Ces orientations économiques conduisent de fait à accroitre la flexibilité, la précarité, l’insécurité et même le chômage.

 

Pour les jeunes générations, le signal donné par ce projet de loi est l’accroissement des inégalités, de la précarité et de la pauvreté. C’est aussi  une difficulté plus grande à acquérir leur autonomie.

Les déclarations du  Premier Ministre sur la garantie jeunes, par ailleurs déjà annoncées avant  ce projet de loi, sans débloquer les budgets nécessaires, relèvent de l’effet  d’annonce.

 

Pour les femmes, ce projet de loi va aggraver les inégalités professionnelles.

Aujourd’hui, la moitié des femmes qui arrêtent de travailler à la naissance  d’un enfant connaissent déjà des horaires atypiques (de nuit, le week-end  ou le soir).

 

Les remises en cause des 35 heures risquent d’amener des régressions dans l’égalité tant professionnelle que dans la vie personnelle.

 

Alors que les questions de formation et d'entrée dans l'emploi sont essentielles, ce projet vise à des formations répondant aux seuls besoins des entreprises et non pas  à l'obtention de formations qualifiantes et reconnues pour des emplois stables et  de qualité.

 

A l’inverse de ce projet de loi, nous sommes porteurs de propositions de droits  nouveaux en termes d'emploi, de salaires et pensions, de temps de travail, de  protection sociale, de garanties collectives, de conditions de travail, de formation  et de droits et libertés syndicales.

 Des propositions porteuses de progrès social et  correspondant à la réalité du travail d'aujourd'hui et de demain.

 

En conséquence,  nous vous demandons de rejeter ce projet de loi.

Veuillez agréer, Madame la Députée, Monsieur le Député, nos salutations  distinguées.

 

 

UD CGT 08 UD FO 08 UD Solidaire 08 FSU 08 

 

Ecrit par solidaires08, à 22:27 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Rassemblements journée du 5 juillet contre la loi Travail
Dans le cadre de la journée nationale de grève et de manifestations inter syndicale du 05 juillet 2016, l’UD CGT 08, UD FO 08, FSU 08 et UD Solidaire 08), appellent à un rassemblement à partir de 17h devant les permanences des Députés des Ardennes à savoir:

-Permanence Berengère POLETTI

A 17h : 19 Avenue du Maréchal Leclerc, 08000 Charleville-Mézières.

-Permanence Christophe Léonard

 A 17 h :4 Rue Gambetta, 08500 Revin.

A 17h 30 : 29 rue Longueville, 08000 Charleville-Mézières.

Permanence Jean Luc WARSMANN 

A 17 h : 11 Rue Carnot, 08200 Sedan.

  

 Lors de ces rassemblement seront organisés :

 -Prises de paroles des organisations syndicales.

-dépôt d’un courrier aux députés
Ecrit par solidaires08, à 22:21 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Remise de la votation citoyenne sur la loi Travail à la Préfecture
Depuis plusieurs semaines l'intersyndicale CGT, Solidaires, FO, FSU organisait une votation citoyenne sur la loi Travail, dans les entreprise, sur internet, sur les marchés de Sedan et Charleville et sur la rue piétonne de Charleville.
Les bulletins de votes ont été centralisés et remis au préfet le mardi 28 juin.
Sur 4390 suffrages exprimés, 97 % des ardennais se sont prononcés pour le retrait de la loi Travail. 150 manifestants se sont rassemblés devant la préfecture pour accompagner la délégation partie remettre les bulletins de vote au préfet.



Ecrit par solidaires08, à 22:17 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Accéder aux archives...


Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom