Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Solidaires des Ardennes


Union départementale des syndicats Solidaires des Ardennes


Bienvenue sur le premier site syndical interprofessionnel ardennais.
Crée le 12 décembre 2005



Manifestation du 11 septembre 1911 contre la vie chère. Le citoyen Boutet exhortant le groupe de Braux au calme.
Agrandir l'image

Contacts syndicaux
Pour contacter l'Union départementale Solidaires vous pouvez :
- Venir aux permanences juridiques en droit du travail, tous les lundis après-midi : plus de renseignement en cliquant ici
- nous écrire : UD Solidaires 64 rue Forest 08000 Charleville-Mézières
-nous téléphoner : 06.95.56.68.21
- nous envoyer un courriel à l'adresse suivante : solidaires08@orange.fr

Vous pouvez lire notre page facebook

Nous suivre sur Twitter


Le conseil de l'UD Solidaires se réunit le premier jeudi de chaque mois au local de la Bourse du travail à partir de 14 h, rue J.B.Clément à Charleville-Mézières.

Actualité des syndicats


Solidaires industrie

Plusieurs sections syndicales ont été crées dans l'industrie des Ardennes, pour contacter le syndicat de l'industrie : 06.95.56.68.21



Un syndicat Sud Santé Sociaux vient de se constitution dans les Ardennes, pour le contacter : 06.95.56.68.21

Syndicats adhérents à l'Union départementale
SNUI-SUD Trésor
SUD FPA
SUD Activités postales 08
SUD Rail
Sud Rural-Equipement
Sud Santé Sociaux
SNJ
Sud Télécoms
SUD Travail Affaires sociales
Solidaires Protection sociale
Solidaires Industrie

Droit du travail

Liens Solidaires

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Index des rubriques
Lundi 05 Décembre 2016
RETHEL : Au bout de 3 années de combat La Poste paie plus de 1800 heures supps aux facteurs.

Suite à la réorganisation ratée de mai 2013, SUD se bat depuis plus de 3 ans, sans soutien d’ autre organisation syndicale, afin de faire reconnaitre les nombreux dépassements horaires des facteurs de Rethel et le mal être au travail qui en découle☻ Avant la réorganisation de mai 2016, La Poste reconnait que 16 tournées sur 37 sont en dépassement☻ C’est énorme, cela démontre que les alertes de SUD étaient justifiées, mais La Poste refuse de payer☻ Cerise sur le gâteau, la DSCC ne tient pas compte de ce constat et continue sa boucherie avec une réorganisation déplorable☻ La situation de souffrance au travail persistant, SUD saisie une nouvelle fois l’inspection du travail et le CHSCT vote une expertise pour risques graves☻ Aujourd’hui certains communiquent pour s’approprier les mérites (voir au dos) de façon scandaleuse☻ Rappel des faits :

- Réorganisation pourrie de mai 2013
Dès le mois de mars, SUD alertait La Poste sur les conséquences prévisibles de cette réorganisation profonde des tournées.
D’entrée, la plupart des facteurs étaient victimes de dépassements horaires énormes, chaque jour.
- Répression sur le personnel
SUD a alors mené la lutte avec les facteurs. S’en est suivi des menaces et des pressions inacceptables sur le personnel qui avait le malheur de se plaindre.
- Droit d’alerte au CHSCT régional de juin 2013 Devant la situation alarmante, SUD déposait un droit d’alerte au CHSCT à majorité CFDT. La souffrance du personnel n’a malheureusement pas été prise au sérieux.
- Création du CHSCT local de Rethel (2014)
Suite aux élections, SUD est premier syndicat sur la plaque avec 39% des voix. Le représentant SUD est élu secrétaire du CHSCT.
- Droits d’alerte au CHSCT local de septembre 2014
La situation ne s’améliorant pas, SUD fait 2 droits d’alerte dénonçant les pressions managériales et des dépassements horaires non rémunérés.
- Enquête du CHSCT local sur le mal être au travail en octobre 2014/février 2015
L’enquête votée par les représentants SUD et CGT estime les dépassements à 112 heures/semaine et fait un constat alarmant de la situation. La Poste décide d’ignorer les conclusions malgré un vent de panique passager.
- Discussions avec La Poste de mars/avril 2015 Après consultation des facteurs, SUD rencontre La Poste et fait des propositions pour améliorer la situation. Encore une fois, La Poste décide de laisser les agents dans la merde…
- Diagnostic des tournées de janvier 2016
Et vlan ! Le bilan tombe. 16 tournées en dépassements, pour un minima de 4000 heures supps sur 3 ans. Bien sur La Poste refuse de payer depuis le début de la réorganisation de 2013.
- Encore une réorganisation bien pourrie en mai 2016
La Poste, refusant de renoncer à ses gains de productivité supprime encore 7 positions. La encore, SUD tire encore la sonnette d’alarme, pour rien !
Résultats : dépassements horaires à tout va, souffrance des agents encore et toujours…
- Vote d’une expertise pour risque grave par le CHSCT local en juin 2016
Les facteurs signent massivement une pétition demandant au CHSCT de voter une expertise. Cette expertise est votée par les représentants SUD et CGT. Parallèlement, SUD demande à l’inspection du travail d’intervenir.
- Tentative de négociation au rabais en été 2016 SUD est approché par La Poste qui demande de retirer l’expertise et de demander à l’inspection du travail d’arrêter son intervention, avant de discuter du montant des compensations. Nous refusons le chantage de la Direction et exigeons le paiement de la totalité des heures.

- 1865 heures supps payées en novembre 2016 Enfin ! Sous la pression de l’inspection du travail et des très nombreux courriers de SUD, La Poste accepte de payer les heures supplémentaires reconnues entre mai 2013 et mai 2016.

La « persévérance » dans l’inaction : Ou comment s’attribuer les mérites des autres !!!

Nous attendions le tract qui tirerait la couverture à la CFDT☻ Le lendemain matin de la réunion (qui s’est terminée vers 15h), ce tract était distribué sur les casiers de Rethel☻ Nous partageons l’écœurement d’une grande partie des facteurs de Rethel qui ne s’y trompent pas !☻ Rappel des actions de la CFDT depuis mai 2013 :

- Droit d’alerte au CHSCT régional de juin 2013 : La CFDT refuse qu’un facteur de Rethel assiste au CHSCT et accuse les militants SUD d’être responsables de la situation de mal-être. Pourquoi ?
- Enquête et expertise du CHSCT local sur le mal être au travail à Rethel :
Les représentants CFDT n’ont voté pour aucune de ces deux actions importantes malgré une pétition du personnel demandant ces actions. Pourquoi ?
- Nouvelle attaque sur le militant SUD :
Le 22 juin 2016, en commission de suivi, la CFDT a demandé à La Poste d’intervenir contre notre militant. Mais pas une parole sur le paiement des heures supps de l’organisation de 2013 et la CFDT est satisfaite du paiement des heures supps de la réorganisation actuelle pendant un cycle. Pourquoi ?
- Une redoutable efficacité !!!
Il a suffit d’un courrier à la Direction le 15 novembre 2016 pour que La Poste accepte de payer les heures supps de la réorganisation de 2013. Pourquoi ne l’ont- ils pas demandé lorsque les diagnostics ont été rendus début 2016 ?
- Une mise en action de tortue
Il n’a fallut que 42 mois à la CFDT pour intervenir (avec le succès qu’on connait) sur les dépassements de la réorganisation de mai 2013 ! Pas rapides les loulous !!! Peut-être peuvent-ils nous expliquer pourquoi ils ne l’ont pas demandé avant et ce qu’ils ont fait pendant ce temps là ? La sieste ?
- Mais une réactivité de formule 1 !
En revanche, il n’aura fallut que de 14 heures pour que les tracts claironnant la victoire de la CFDT se retrouvent sur les casiers ! Quand on sait que les enveloppes syndicales de SUD et d’autres syndicats mettent 4 à 5 jours en moyenne pour parvenir à destination, on peut être songeur sur la date d’envoi de ces tracts…
Toute personne un tant soit peu critique aura deviné le manège de nos camarades de la CFDT : S’attribuer le mérite de l’action de SUD, qui depuis plus de 3 années de pressions diverses (avec l’inspection du travail, avec l’expertise, avec les médias, et bien d’autres actions encore…) a fini par acculer La Poste pour l’obliger à payer !!! C’est une honte de la part d’un syndicat qui a laissé les facteurs de Rethel (dont ses adhérents) dans la merde depuis mai 2013.

CE N’EST QU’UN PREMIER PAS VERS LE PAIEMENT DES HEURES SUPPLEMENTAIRES A LA DISTRI. LE COMBAT CONTINU !!!
UN INCONTOURNABLE : ECRIRE SES HORAIRES DE FIN DE SERVICE SUR LES FEUILLES DE PRESENCE CHAQUE JOUR.

Ecrit par solidaires08, à 15:36 dans la rubrique "SUD Activités postales".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 28 Novembre 2016
La protection sociale à Sedan c'est zéro !
Lu sur SDU 08 : "Dans le journal l'ardennais du lundi 14 novembre 2016 est paru un article qui traitait du conseil municipal du soir même.
Le point numéro 2, a particulièrement attiré notre attention.

"Trop coûteuse la mutuelle des agents de la Ville ?"

Le SDU souhaite remettre les pendules à l'heure. La Ville de Sedan ne verse pas un centime de participation à la protection sociale des communaux, ni pour la mutuelle, ni pour la garantie maintien de salaire.

Le communiqué du sdu-08 sedanais à lire ici.
Ecrit par solidaires08, à 15:58 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Sécurité dans les médiathèques d'Ardenne Métropole
Lu sur SDU 08 : "La question n'est pas nouvelle. Elle a déjà été soulevée à de nombreuses reprises par les personnels et ses représentants mais le temps passant, et faute de décisions sur les mesures à prendre, cette question devient un problème régulier non seulement pour les agents de ces équipements mais aussi pour les usagers.

Particulièrement les mercredis et samedis après-midis, et pendant les vacances scolaires, des groupes de cinq à dix ou douze envahissent les médiathèques, non pour s'intéresser aux contenus proposés, mais pour profiter d'un lieu abrité et chauffé. Ils y chahutent bruyamment, s'interpellent d'un bout à l'autre des plateaux et des espaces, dégradent du matériel, consomment boissons et nourritures diverses, et quand le personnel les appelle à respecter la tranquillité du lieu et des autres usagers celui-ci se voit gratifié d'insultes et d'injures. Voire de menaces.
Lire la suite ici
Ecrit par solidaires08, à 15:44 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 21 Novembre 2016
Affaire tefal : une condamnation en appel scandaleuse !

Le délibéré du procès en appel de l’« Affaire TEFAL » est tombé mercredi 16 novembre 2016. L’inspectrice du travail Laura Pfeiffer et le salarié lanceur d’alerte ont vu leurs condamnations de première instance confirmées en tous points par la Cour d’appel de Chambéry (sans inscription de la condamnation au casier judiciaire cependant).

Ils avaient été condamnés en première instance à 3500 euros d’amende avec sursis, notamment pour violation du secret professionnel et recel de documents volés. Le procès en appel s’était déroulé le 14 septembre 2016 à Chambéry.

La confirmation de la condamnation de Laura Pfeiffer et du salarié lanceur d’alerte ne peut que provoquer un sentiment d’indignation. Il est inacceptable d’empêcher d’alerter les syndicats chargés de défendre les missions de l’inspection de travail lorsque l’on fait obstacle à celles-ci.

Solidaires est indigné et stupéfait de ce verdict : il n’est pas possible de condamner une inspectrice du travail pour n’avoir fait que son travail. Il n’est pas possible de condamner un lanceur d’alerte pour avoir joué ce rôle essentiel d’aiguillon.

Cette condamnation s’inscrit dans un contexte plus large de criminalisation des mouvements sociaux (Goodyear, Air France, …) et de répression des mobilisations (loi travail). Elle vient ainsi s’ajouter à la liste déjà longue des injustices sociales et des attaques contre les droits des salariés.

Ce jugement est inacceptable et l’union syndicale Solidaires continuera à soutenir le combat pour la relaxe aux côtés de Laura, de l’ex salarié lanceur d’alerte et des syndicats de l’inspection du travail. Pour l’union syndicale Solidaires il est par ailleurs urgent que la Ministre du travail affirme publiquement son soutien aux missions de l’inspection du travail, à ses agents et tout particulièrement à Laura Pfeiffer.

Paris 17 novembre 2016



Documents à télécharger

Ecrit par solidaires08, à 16:02 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 07 Novembre 2016
Fiche n° 36 : L’apprentissage en 11 questions

L’apprentissage est encouragé depuis de nombreuses années par les dispositifs gouvernementaux. Il est devenu très attractif pour les grandes entreprises comme pour les petites.

Mais qu’en est-il des droits pour les apprenti-es ? Ils et elles sont considéré-es comme des salarié-es comme les autres, mais parfois un peu moins que les autres.

Voici en quelques réponses aux questions que vous vous posez sans doute.



Documents à télécharger

Ecrit par solidaires08, à 15:34 dans la rubrique "Droit du travail".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 31 Octobre 2016
Loi travail : une lutte qui nous rend plus fort-es pour demain
Ecrit par solidaires08, à 15:44 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 17 Octobre 2016
Permanences juridiques en droit du travail
Le syndicat Solidaires des Ardennes tient des permanences juridiques en droit du travail à son local à la Bourse du travail 21 rue Jean-Baptiste Clément à Charleville-Mézières.
Ces permanences ont lieu le lundi de 14h à 16h30.
Elles sont gratuites et ouvertes à tous les salariés du secteur privé afin d'obtenir des renseignements sur  vos droits à partir du code du travail ou des conventions collectives.
Vous munir d'une fiche de paie et de votre contrat de travail, si vous en avez un.
En cas de litige relevant des prud'hommes, nous pourrons vous orienter vers une avocate spécialisée en droit du travail, pour vous défendre devant cette juridiction.
Pour prendre rendez-vous, téléphonez au 06.95.56.68.21. En cas d'absence, laisser un message sur le répondeur.
Le local de Solidaires Ardennes se trouve dans un bâtiment préfabriqué dans la cour de la Bourse du travail. Pour y accéder (voir le plan ci-dessous) repérer le panneau Solidaires sur le mur en face du syndicat FO, la porte d'entrée se trouve à gauche du panneau.

Ecrit par solidaires08, à 15:28 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Il faut construire le syndicalisme de demain,
Interview d’Eric Beynel dans Regards : la lutte contre la loi travail

Pourquoi le mouvement du printemps n’a-t-il pas réussi à faire plier le gouvernement ? En quoi a-t-il cependant fait bouger les lignes, et interrogé l’action syndicale ? Interview d’Éric Beynel, porte-parole du syndicat Solidaires.

Éric Beynel est porte-parole de l’Union syndicale Solidaires qui regroupe, par exemple, les fédérations Sud-PTT, Sud-Rail, Sud éducation, Sud Santé Sociaux, ou encore Solidaires étudiant.e.s. En compagnie de six autres organisations, Solidaires a fait partie de l’intersyndicale contre le loi travail durant toute la durée du mouvement social.

Regards. Depuis la manifestation du 15 septembre, nous n’avons plus de nouvelles de l’intersyndicale. Y a-t-il encore des perspectives de mobilisation commune ?

Éric Beynel. Nous restons en contact. FO avait laissé entendre qu’ils ne souhaitaient pas poursuivre au-delà de la manifestation, ce qu’ils ont confirmé ensuite. Leur absence rend plus difficile un appel à de nouvelles journées d’action. Solidaires portait la date du 7 octobre, à la fois journée de mobilisation contre la loi Peeters en Belgique, et journée mondiale du travail décent. Mais nationalement, cela n’a pas été possible. Malgré tout, il n’y a pas de rupture entre nous, juste des divergences de stratégie. Ils veulent agir sur le terrain juridique et dans les entreprises. Nous, nous pensons que les deux leviers sont complémentaires. On ne fera pas bouger les lignes sans construire un rapport de forces.

La CGT semblait pourtant vouloir continuer le mouvement, maintenir le travail sur le devant de la scène. Surtout à l’amorce d’une période qui s’annonce compliquée...

Avec la présidentielle, c’est vrai, la question sociale risque de passer au second, si ce n’est au troisième plan. La CGT en est consciente. Ils sont engagés sur la question des libertés syndicales, autour des procès Goodyear et Air France, par exemple... La suite sur le site de Regards.

PNG - 992 ko
Photo Jean Claude Saget

>> http://www.regards.fr/web/article/e...




Ecrit par solidaires08, à 14:50 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Sous traitance illégale planifiée par l’entreprise publique SNCF
Ecrit par solidaires08, à 14:48 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


TAFTA et CETA ! Stop aux accords de libre échange
Ecrit par solidaires08, à 14:46 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Pour la relaxe des Goodyear, toutes et tous à Amiens les 19 et 20 octobre 2016 !

Les 19 et 20 octobre, se tient à Amiens le procès en appel des 8 de Goodyear, condamnés en 1 ère instance à 24 mois de prison dont 9 mois fermes et 5 ans de mise à l’épreuve... pas moins... pourtant même la direction de Goodyear et les 2 cadres (soi-disant séquestrés) avaient retiré leur plainte... cela n’a suffi ni au procureur ni au tribunal qui devaient avoir des comptes à régler.
Pourquoi une condamnation aussi lourde ? Pour avoir osé se battre et refuser le licenciement des 1173 salariés de l’usine d’Amiens Nord. Pourtant, c’est grâce aux syndicats que les salariés ont pu, pendant 7 ans, tenir tête à un groupe qui voulait leur peau, coûte que coûte.
Comme dans l’affaire Tefal, comme pour les 16 salariés d’Air France, les procureurs y sont allés de leur foudre, se sont lâchés n’hésitant pas à traiter les militant-es de « casseurs », de « voyous ». Dans le même temps, c’est la liberté même de manifester qui est attaquée et le « maintien de l’ordre » a pris en France un tour dangereux pour les libertés publiques ces derniers mois dans les manifestations contre la loi travail, les actions de solidarité avec les migrant-es ou d’autres actions militantes.
Ces procès en appel marqueront sans aucun doute les suivants, ceux de tout-es les militant-es eux aussi victimes de répressions syndicales... Les attaques contre les libertés syndicales se multiplient, elles sont de plus en plus nombreuses, de plus en plus violentes, et sans doute à la mesure de la violence sociale qui se généralise à l’encontre de l’ensemble des salarié-es, et de ceux et celles qui veulent y faire barrage. Beaucoup de militant-es sont poursuivis comme des criminels pour avoir dénoncé, combattu, refusé de baisser la tête. La répression syndicale, plus forte que jamais, remet en cause le syndicalisme de luttes, le syndicalisme indépendant qui donne une place centrale à l’expression des salariés et à la construction de rapport de force, la liberté d’adhérer au syndicat de son choix, le droit de grève, le droit de manifester...
Le gouvernement et la justice de classe, le patronat ne supportent plus ceux qui défendent leur emploi, ceux qui résistent au libéralisme et qui luttent pour un monde meilleur. Ce grand patronat ne tolère pas les capacités d’organiser des luttes, des syndicats. Tous veulent enfermer l’activité syndicale dans des salons, dans un cadre institutionnel de discussion et d’accompagnement des réformes. Ils ne tolèrent ni les désaccords ni la colère.
Nous devons rester ensemble, unis et debout pour refuser l’inacceptable, défendre les libertés syndicales pied à pied, ne rien lâcher, exiger le respect des libertés syndicales, l’arrêt des poursuites judiciaires pour les camarades incriminés injustement, une loi d’amnistie pour celles et ceux déjà condamnés.
L’Union syndicale Solidaires appelle à se rendre en nombre à Amiens les 19 et 20 octobre 2016 pour dire non à la répression, pour exiger la relaxe des 8 de Goodyear et leur manifester notre solidarité. C’est notre nombre qui fera notre force, toutes et tous uni-es et solidaires !

PDF - 148.5 ko

Voir le dossier Contre la répression et le dossier Goodyear.






Ecrit par solidaires08, à 14:45 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Centre de gestion de la Fonction publique territoriale des Ardennes : Pas sérieux !
Lu sur SDU 08 : "Le Comité technique du Centre de gestion de la Fonction publique territoriale des Ardennes (représentants du personnel + représentants des collectivités locales) a été convoqué pour le 11 octobre 2016 à 8h30.

La journée ne sera pas de trop, ni même la nuit ! Le CDG a fait préparer des sandwiches pour le mardi midi (pour une courte pause de 15 minutes) et missionné un traiteur low cost pour le mardi soir. Les membres du Comité ne quitteront pas la pièce et mangeront sur place en continuant à débattre jusqu'à 22h.

Des lits de camp ont été prévus également pour ceux qui ne pourraient pas regagner leur domicile à cette heure tardive ou qui déclineraient l'invitation du président du CDG 08, Régis Depaix, à venir passer la nuit dans son garage.
Lire la suite ici
Ecrit par solidaires08, à 14:37 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Accéder aux archives...


Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom