Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Solidaires des Ardennes


Union départementale des syndicats Solidaires des Ardennes


Bienvenue sur le premier site syndical interprofessionnel ardennais.
Crée le 12 décembre 2005



Manifestation du 11 septembre 1911 contre la vie chère. Le citoyen Boutet exhortant le groupe de Braux au calme.
Agrandir l'image

Contacts syndicaux
Pour contacter l'Union départementale Solidaires vous pouvez :
- Venir aux permanences juridiques en droit du travail, tous les lundis après-midi, Bourse du travail 21 rue Jean-Baptiste Clément à Charleville-Mézières : plus de renseignement en cliquant ici
-nous téléphoner : 06.95.56.68.21
- nous envoyer un courriel à l'adresse suivante  : solidaires08@orange.fr

Vous pouvez lire notre page facebook

Nous suivre sur Twitter


Le conseil de l'UD Solidaires se réunit le premier jeudi de chaque mois au local de la Bourse du travail à partir de 14 h, 21 rue J.B.Clément à Charleville-Mézières.

Actualité des syndicats


Solidaires industrie

Plusieurs sections syndicales ont été crées dans l'industrie des Ardennes, pour contacter le syndicat de l'industrie : 06.95.56.68.21



Un syndicat Sud Santé Sociaux s'est constitué dans les Ardennes, pour le contacter : 06.95.56.68.21

Syndicats adhérents à l'Union départementale
SNUI-SUD Trésor
SUD FPA
SUD Activités postales 08
SUD Rail
Sud Rural-Equipement
Sud Santé Sociaux
SNJ
Sud Télécoms
SUD Travail Affaires sociales
Solidaires Protection sociale
Solidaires Industrie
SNUPFEN Solidaires (ONF)

Droit du travail

Liens Solidaires

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Index des rubriques
Vendredi 18 Mai 2018
Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité, marée populaire le samedi 26 mai

Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmes hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international. La multiplication des mesures prises avec brutalité sur tous les fronts a un objectif, celui de créer un effet de sidération et espérer ainsi empêcher toute riposte. Le patronat profite de la situation pour multiplier les restructurations et rester sourd aux revendications du monde du travail. En s’en prenant aux personnels à statut, en particulier aux cheminot.es, Emmanuel Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance.
Ce coup de force peut échouer, car les mobilisations se multiplient dans le pays, chacune avec sa spécificité : journée nationale d’action, grèves, occupation d’universités, manifestations…
Il appartient évidemment aux organisations syndicales de décider, avec les personnels concernés, de leurs formes d’action. Chacune d’entre elles a, a priori, des ressorts différents, mais au-delà de tel ou tel aspect, ce dont il est question concerne la nature même de la société dans laquelle nous voulons vivre. Voulons-nous vivre dans une société où les droits sociaux seraient réduits à néant, où les services publics et la sécurité sociale auraient disparu, où l’inégalité de traitement des territoires serait la règle, où l’accès à l’université serait de plus en plus réduit, où les lanceuses et lanceurs d’alerte et journalistes seraient bâillonnés, où les défis écologiques seraient soumis aux intérêts de la finance, où le logement, les HLM et les locataires seraient marchandises, où la lutte contre les discriminations se réduit à des discours ? Ou, au contraire, voulons-nous une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique, pluségalitaire avec un meilleur partage des richesses ? Tel est l’enjeu.
Le gouvernement espère que ces mobilisations sectorielles restent isolées et qu’il pourra les défaire les unes après les autres en tenant bon, en les laissant s’épuiser ou en les réprimant.
Affichant sa détermination, il espère ainsi nous décourager. Il se trompe, comme le montre la multiplication des collectifs citoyens en lien avec les salarié.es, les retraité.es et les étudiant.es ainsi que le succès de la solidarité aux grévistes, notamment à ceux de la SNCF. Il s’agit maintenant d’aller plus loin et, toutes et tous ensemble, d’affirmer dans la rue que des alternatives existent, que nous ne nous résignons pas au sort que nous promet ce gouvernement. Il fait la sourde oreille, il faut le forcer à nous entendre et à retirer ses projets.
Dans le respect de nos champs d’interventions respectifs, nous voulons aller au-delà de toutes les mobilisations positives qui existent déjà et rassembler toutes les forces sociales, syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen. Partout en France organisons le samedi 26 mai une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité.

Affiche


Documents à télécharger

Ecrit par solidaires08, à 18:50 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Dans les Ardennes, comme partout en France, tous mobilisés le 22 mai prochain, pour donner un avenir à la Fonction publique
Les organisations syndicales CFDT - CFE/CGC – CFTC – CGT – FAFP – FO – FSU – UNSA SOLIDAIRES réaffirment qu’elles ne partagent ni l’orientation, ni la méthode, ni le calendrier proposés par le gouvernement dans son document d’orientation intitulé «Refonder le contrat social avec les agents publics.»
NON À LA PRIVATISATION DES SERVICES PUBLICS ! Les organisations rejettent les objectifs poursuivis par le gouvernement consistant à réduire le périmètre de l’action publique avec la perspective d’abandon voire de privatisation de missions publiques.
NOUS EXIGEONS DES MESURES GÉNÉRALES :
➢ un réel dialogue social respectueux pour des Statuts préservés et développés,
➢ des dispositions pour faire respecter l'égalité professionnelle et gagner de nouveaux droits,
➢ la fin de la contractualisation qui est contraire aux valeurs et fondements du service public.,
➢ la fin du gel de la valeur du point d’indice et sa revalorisation, le rattrapage des pertes subies, l’abrogation de la journée de carence, le respect des engagements en matière d’évolution de carrière, l’amélioration des déroulements de carrière. …

POUR UNE FONCTION PUBLIQUE RENDANT DES SERVICES DE QUALITÉ Le développement des missions de service public au service de l’intérêt général nécessite la création d’emplois statutaires dans les services qui en ont besoin et un nouveau plan de titularisation. Les organisations rejettent le projet de suppression de 120 000 emplois et le recours accru au contrat, qui dégraderont les services et les conditions de travail des agent-e-s.
Pour une Fonction publique rendant des services de qualité à toutes et tous les usager-e-s sur l’ensemble du territoire, portant des valeurs et principes d’égalité, de solidarité et de justice sociale,

Pour défendre mon service public, je suis dans la rue mardi à partir de 13 heures place Ducale. Départ de la manifestation à 14 heures, jusqu'à la Préfecture.
Ecrit par solidaires08, à 18:16 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Tou.t.es Solidaires ! Le 22 mai, tou.t.es en grève et dans la rue !

Les militants et militantes de Solidaires sont présent-es sur tous ces fronts, ils et elles se rencontrent, se rassemblent, luttent, s’entraident et se soutiennent. Nous construisons ensemble des échéances communes : le 22 mai qui réunira les fonctionnaires et ceux et celles hors de la fonction publique qui décideront de faire de cette journée le moment de convergence interprofessionnelle avec leur propre lutte...
Ecrit par solidaires08, à 17:40 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Samedi 28 Avril 2018
Le 1er mai à Charleville
A l'occasion du 1er mai 2018, la CGT et Solidaires appellent à un rassemblement à 10 h à côté de la statue de Gonzague en haute de la rue piétonne.
Venez nombreux, pour manifester votre opposition à la politique de Macron. 
Ecrit par solidaires08, à 15:58 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Vendredi 20 Avril 2018
Manifestation du 19 avril 2018à Charleville









Ecrit par solidaires08, à 13:39 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 16 Avril 2018
En lutte n°1

un outil d’infos pour nos mobilisation

Facs en lutte

Après la mise sous tutelle de Toulouse le Mirail déclarée ingouvernable par le ministère et finalement autogérée par son Assemblée Générale, la mobilisation du 22 mars a vu 15 facs bloquées. Suite à l’attaque d’extrême-droite sous l’égide du doyen de la fac de droit Philippe Pétel, l’indignation et la solidarité qui s’ensuit voit les AG grossir et se multiplier dans toutes les facs du pays. Le 3 avril, pour le début de la grève perlée des cheminot-es, c’est plus de 20 facs qui sont bloquées et occupées, de façon reconductible pour une grande partie d’entre elles.

Paris qui se faisait attendre dans la mobilisation se réveille cette semaine, suite notamment aux évènements de Nanterre. Le 10 avril, date de mobilisation spécifique aux questions étudiantes est une franche réussite, on dépasse les 30 universités bloquées ou occupées.

Ce sont au total les étudiant-es de plus d’une cinquantaine de campus qui sont mobilisé-es dans toute la France contre le plan Vidal, la sélection à l’université et toutes les régressions qui y sont liées !

La mobilisation ne faiblit pas à Air France

Alors que la mobilisation s’inscrit dans la durée, la direction d’Air France commence juste à vouloir négocier. Cet entêtement a déjà fait perdre 100 millions d’euros à Air France : quelle cohérence y-a-t-il à préférer dilapider des centaines de millions d’euros en conflit social plutôt que de reconniatre qu’après 6 année de blocage, la demande des salarié-es est légitime.

L’intersyndicale reste determinée à poursuivre le combat jusqu’à l’obtention d’une augmentation de 6% des grilles de salaires pour l’ensemble du personnel.

L’intersyndicale, qui regroupe 11 organisations représentant l’ensemble des métiers présents à Air France, appelle à 4 nouvelles journées de grève les 17, 18, 23 et 24 avril !

Aux Finances publiques aussi on se mobilise

Le 23 mars au matin, après le succès de la manifestation de la veille, plus de 300 agent-es des Finances publiques de Paris se sont réuni-es en Assemblées générales, sur 18 sites. Les discussions ont démonté la détermination des collègues à poursuivre la mobilisation pour faire plier le gouvernement.

Les sections CGT, Solidaires et FO Finances publiques ont appelé à la grève le 3 avril. Réuni-es en AG, les grévistes ont décidé de poursuivre la grève le 4.
Le site d’Uzes (Paris 2ème) est bloqué depuis le 10 avril, celui de Michel Le Comte (Paris 3) a rejoint le mouvement le 11 avril, celui de Londres (Paris 9) rentrera dans le mouvement le 16 avril !

Contre le plan social à l’AP-HP

A l’occasion du Comité Technique d’Etablissement Central consacré exclusivement au plan social de l’AP-HP (Assistance publique-hôpitaux de Paris), SUD Santé sociaux organise un rassemblement vendredi 13 avril à midi, devant le siège de l’établissement (avenue Victoria à Paris), pour rejoindre à 15 heures l’hôpital Pitié-Salpêtrière pour converger avec les cheminot-es, les étudiant-es et les autres…

Carrefour

La direction de Carrefour a annoncé, pour mettre fin à la contestation, de verser, en plus de la prime exceptionnelle de participation de 350 euros, 150 euros supplémentaires… sous forme de bons d’achats ! 

C’est méprisant tout comme le fait que, pour amasser la fortune de Bernard Arnault, actionnaire de Carrefour, une caissière à temps partiel devrait travailler un million et demie d’années… soit depuis l’âge de pierre ! Suite à cette annonce, la CFDT, la CGC et FO, sans même avoir consulté leurs délégué-es et encore moins le personnel, crient victoire. Pire encore, ces organisations valident les suppressions d’emplois, annoncées en janvier dernier, qui seront juste repoussées dans le temps (seule la CGT, à juste titre, s’offusque). Le formidable élan de mobilisation de ces dernières semaines ne doit pas être trahi ; le droit de vivre ne se mendie pas, il se prend !

Pour continuer à se faire entendre, SUD appelle à continuer la mobilisation et à participer à la journée du 19 avril. 

Ça bouge à La Poste

Les postières et postiers du courrier des Bouches du Rhône, comme en Isle et Vilaine, en Gironde, dans les Hauts de Seine sont toujours en grève et toujours plus mobilisé-es.

Après les 4 et 14ème arrondissements de Marseille la semaine dernière, rejoints par Arles et le 13ème, Allauch, Aubagne, La Ciotat en début de semaine, c’est le 10ème arrondissement qui est venu à la rencontre des grévistes, avec 100% des titulaires cessant le travail.

Le socle commun des revendications des collègues grévistes est le manque cruel d’emploi pour assurer la distribution du courrier 6 jours sur 7, couplé à une augmentation exponentielle du nombre de précaires : +58% de CDD depuis 2010, date du passage de l’EPIC La Poste en Société anonyme : tout un symbole de l’avenir radieux qui attend les cheminot-es si la SNCF bascule en S.A.

A la RATP aussi, nous refusons la privatisation

Le rapport SPINETTA aborde très clairement le transfert des RER A et B de la RATP vers une filiale SNCF et un document interne inscrit dans le marbre l’ouverture à la concurrence à BUS et à la maintenance. Refusant de tomber dans les pièges du passé lorsqu’Anne-Marie IDRAC, présidente de la régie, annonçait que les agents n’étaient pas concerné-es par la réforme des retraites (on a vu ce que ces paroles valaient !) des salarié-es des Bus, de la maintenance, du métro et du RER, syndiquéEs ou non) se sont réuni-es pour prendre en main leur avenir. Réuni-es en AG, ils et elles ont décidé d’agir ensemble pour informer les agents de ce qui se joue actuellement. Ainsi dès le 19 avril, ils et elles appellent à se mettre en grève et à participer à l’Assemblée générale de tous les secteurs de la RATP pour ne pas laisser d’autres décider à leur place.






Ecrit par solidaires08, à 08:13 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Le 19 avril en grève, en manifestation, amplifions et coordonnons les mobilisations sociales. RV Kiosque de la gare à Charleville à 10h

L’Union syndicale Solidaires a décidé de se joindre à l’appel à grèves et manifestations le 19 avril. Les mobilisations actuelles se renforcent et s’étendent dans le rail, dans les universités, les hôpitaux, aux finances publiques, dans une partie croissante des services publics mais aussi dans le secteur privé en particulier sur la question des salaires et plus globalement sur le pouvoir d’achat avec la mobilisation des retraité.es.

Chaque secteur a des revendications propres. Nous savons que face à ce gouvernement c’est un mouvement de convergence concrète des luttes qui permettra de gagner. Pour cela il faut renforcer chacune de nos luttes. Ces convergences prennent aujourd’hui des formes diverses comme par exemple avec la manifestation parisienne du vendredi 13 avril qui partira avec les cheminot.es de l’université Paris 1 Tolbiac pour se rendre à la Gare d’Austerlitz en passant par l’hôpital de la Salpêtrière.

Le jeudi 19 avril est une étape dans la construction de mobilisation pour renforcer les luttes dans les entreprises, les administrations, les services et pour continuer de construire le rapport de force qui nous permettra de faire plier ce gouvernement. Le recours croissant à la violence contre les manifestant.es et en particulier contre la jeunesse ne pourra pas contrer la détermination de ceux et celles qui sont entré-es en lutte.

L’Union Solidaires appuiera toutes les mobilisations des secteurs en lutte pour la défense des services publics, des statuts et des droits, pour l’augmentation des salaires et la défense de l’emploi et des droits des chômeur-euses. Nous travaillons à la préparation d’un premier mai le plus unitaire et puissant possible, comme une étape centrale de la convergence.

Macron and Co vivent dans les nuages, nous allons les ramener sur terre !

RV Kiosque de la gare à Charleville à 10h

Paris, le 11 avril 2018



Documents à télécharger




Ecrit par solidaires08, à 08:10 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Mardi 03 Avril 2018
Fiche n° 1 : Pressions au travail : quand des collègues « pètent les plombs »

"On a des collègues qui craquent… crises de nerf, altercations, crises de larmes, arrêts de travail, dépression…" : cette situation est assez courante dans les services en contact avec le public en direct ou à distance comme dans les centres d’appels. Dans certains secteurs cela se traduira par une fatigue importante au point par exemple qu’un-e salarié-e estime être trop fatigué-e pour poursuivre sa journée de travail. Dans d’autres secteurs, les relations sont tellement dégradées, y compris entre collègues, que des violences verbales et parfois physiques se développent… C’est aussi la démotivation, la mise en retrait, la déprime qui devient dépression. Situation plus dramatique encore, les suicides qui sont le plus souvent cachés et occultés tant la situation est difficile…

Quand l’organisation du travail fait péter les plombs aux salarié- es, il est très rare que ce soit pris en compte dans le cadre des conséquences du travail. Et pourtant…

La commission santé et conditions de travail a travaillé et réactualisé la fiche outils à l’usage des salariés et de leurs représentants qui est disponible sur La petite Boite A Outils : http://la-petite-boite-a-outils.org/fiche-n1-pressions-au-travail-quand-des-collegues-petent-les-plombs/



Documents à télécharger




Ecrit par solidaires08, à 11:01 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Le 3 avril inversons la vapeur ! Construisons les convergences

En ce printemps 2018, la défense des services publics et de la fonction publique sont un enjeu central contre les volontés destructrices de ce gouvernement. L’abandon des missions de services publics couplé à la casse des statuts, marquera profondément la population et son niveau de vie. Le développement de la sélection sociale dans l’orientation et les études de la jeunesse scolarisée fait l’objet de mobilisations croissantes, en particulier pour répondre aux agressions fascisantes sur plusieurs campus. Dans le même temps les attaques contre le pouvoir d’achat, en particulier avec la hausse de la CSG ont montré que les retraité.es ne vont pas se laisser faire.

Après le succès de la journée de mobilisation et de grève du 22 mars, marquée par une présence importante de salarié-es d’autres secteurs mais aussi à différents endroits de lycéen.nes, d’étudiant.es et de retraité.es, le mardi 3 avril sera le jour de lancement de la grève reconductible à la SNCF. Le gouvernement Macron en fait un symbole fort de son aptitude à continuer à casser les protections collectives comme avec les ordonnances et un service public, écologique, présent sur tout le territoire et dont les avancées technologiques ont servi la mobilité de chacune et chacun.

Le 3 avril et les jours et semaines suivantes, Solidaires appelle à construire et multiplier localement des initiatives de convergences devant des services publics (gares, hôpitaux, centres des finances, bureaux de postes, pôles emplois, écoles, ehpad…) qui pourront prendre des formes différentes : rassemblements, actions, assemblée générale, grèves, diffusion de tracts, manifestations...

Solidaires Fonction Publique a déposé un préavis de grève illimitée pour l’ensemble de la Fonction publique à partir du 3 avril pour couvrir toutes les initiatives de convergences et de grèves.

Nous savons que pour gagner, il faut ancrer et renforcer chaque mobilisation pour les rendre les plus massives et visibles. Il faut aussi créer des passerelles entre les salarié.es et les usager.es. De même que ce sont les assemblées générales de grévistes qui doivent décider des modalités d’actions et de la reconduction des grèves, nous devons associer l’ensemble de la population à la défense et à l’amélioration des services publics, nos biens communs.

L’unité est essentielle pour faire face à un gouvernement qui cherche à réduire les droits collectifs, opposer et diviser la population en pensant pouvoir cacher qu’il est au service des plus riches. C’est dans les villes, les lieus de travail, services, établissements et entreprises, que nous devons la construire.

Dans un pays où la fraude fiscale, l’optimisation fiscale, les profits des entreprises du CAC 40 et de quelques capitalistes coûtent à la collectivité des dizaines de milliards d’euros, il est temps d’imposer un autre partage des richesses qui profite à l’ensemble de la population par une augmentation des pensions, des indemnisations chômage, des salaires, et qui permette de financer les services publics à la hauteur des besoins de tous et toutes.

Tou-te-s ensemble, à partir du 3 avril, construisons les conditions d’un vaste mouvement en faisant converger nos gréves, nos manifestations. Ensemble gagnons sur les revendications spécifiques de chaque secteur, pour nos biens communs.



Documents à télécharger




Ecrit par solidaires08, à 10:59 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 26 Mars 2018
SNCF - Usagers, on vous ment !






 

Images à télécharger





Article publié le 18 mars 2018
Ecrit par solidaires08, à 11:07 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Pénicaud autorise le licenciement d’un militant syndical Solidaires de La Poste, ripostons immédiatement !

Techniquement Gaël n’est pas encore licencié puisque si la ministre autorise son licenciement, rien n’oblige la direction de la Poste à le faire. EMPECHONS CELUI-CI PAR NOTRE MOBILISATION

L’Union syndicale Solidaires vient d’apprendre que la ministre du travail a autorisé par courrier du 20 mars 2018 le licenciement de notre camarade de l’union syndicale Solidaires, Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD Activités Postales 92.

Celui-ci subi un véritable harcèlement disciplinaire : 10 tentatives de licenciement en 14 ans, et presque un an de mises à pied cumulées. La Poste avait déjà tenté de le licencier en 2010 en l’accusant de séquestration, alors qu’il avait participé à une occupation de la direction départementale de l’entreprise. Son licenciement avait été refusé successivement par l’Inspection du Travail en 2010, par le Ministre du Travail en 2011, puis par le Tribunal Administratif en 2014.

En avril dernier la Cour d’Appel du Tribunal Administratif de Versailles a annulé les 3 précédentes décisions et a ainsi relancé la procédure. L’Inspection du Travail a de nouveau refusé son licenciement.

Pourtant le rapport de la contre-enquête, rédigé suite au recours hiérarchique formulé par la direction de La Poste, confirmait la décision de l’Inspection du Travail de refuser l’autorisation de licenciement de Gaël Quirante. La décision prise par Mme Pénicaud est donc bien une décision politique. Elle constitue un nouveau message adressé à notre Union syndicale après les poursuites disciplinaires qu’elle avait déjà engagé à l’automne comme une de nos camarades de SUD Travail.

A l’heure où de nombreuses équipes de notre Union syndicale sont engagées dans des luttes à la SNCF, La Poste, dans les hôpitaux, les universités, les EHPAD, à Air France, à Carrefour et dans bien d’autres secteurs encore, cette nouvelle attaque d‘une ministre, qui s’avère être bien plus celle du capital que du travail, loin de nous ralentir ne fait que renforcer notre détermination à mener ces batailles essentielles pour une autre société.

Face à cette nouvelle attaque contre les droits syndicaux élémentaires et la liberté d’expression, notre union syndicale Solidaires appelle à un rassemblement unitaire lundi 26 mars 2018 à 19 h devant le ministère du travail (métro Varenne) pour manifester notre solidarité envers notre camarade Gaël Quirante et protester contre cette injustice. Ne laissons pas passer cette nouvelle preuve d’une volonté manifeste de museler le mouvement social !

Paris, le 24 mars 201

>> Voir l’appel vidéo à mobilisation de GAEL

Documents à télécharger





Article publié le 26 mars 2018
Ecrit par solidaires08, à 11:04 dans la rubrique "L'Union Solidaires 08".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 12 Mars 2018
Pour les missions publiques, l’emploi, le pouvoir d’achat : Toutes et Tous mobilisé-es !
Quelques visuels Solidaires pour cette journée

PNG

PNG

PNG

Tract Solidaires Fonction publique


Lire la suite ici

Ecrit par solidaires08, à 17:22 dans la rubrique "Agenda".
Lien permanent 0 commentaires


Accéder aux archives...


Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom